Flibustier, boucanier, corsaire, pirate ?


Leur point commun

Leur point commun au XVIIème siècle : ils sévissent dans les Caraïbes.

Les flibustiers se situent entre les corsaires et les pirates ; mais plutôt pirates que corsaires. Mais eux trois sont des marins.

Les boucaniers sont des terriens, des ruraux qui ont souvent fui le monde ; ils chassent le bœuf sauvage et le sanglier, sont vêtus de bêtes, vivent seuls ou en bandes comme des bêtes. Ils peuvent finir flibustiers…


Leurs différences

Les corsaires sont des marins qui se battent pour le roi et pour eux-mêmes. Ils sont des officiers reconnus par les marines officielles et ont des « lettres de marque » qui les autorisent à attaquer en temps de guerre tous les navires surtout marchands des pays ennemis. En principe, un corsaire capturé doit être traité comme un prisonnier de guerre…
Les flibustiers eux se battent pour eux-mêmes, même s’il arrive que le roi passe contrat avec eux quand il est à court d’équipage … les mercenaires de la mer. Ils attaquent autant à terre qu’en mer. Flibustier signifie « libre butin », EGALITE est leur maître mot (chacun doit porter au butin commun tout ce qu’il a pris) mais la folie de l’or et du sang court dans leurs veines.

Les corsaires ont un port d’attache en Europe où ils rapportent leurs prises qu’ils sont censés partager avec leur armateur et actionnaires et avec le Trésor Public; les flibustiers eux ne quittent pas les Caraïbes et n’ont que des escales, des bases. Les flibustiers, ce sont des cadets déshérités, les ecclésiastiques défroqués, domestiques voleurs (punis de mort à l’époque), militaires déserteurs, criminels échappés à la roue ou au gibet, ils sont « le fumier du monde ».

 

Et les pirates ?

Ce sont les pires,… sans foi, ni loi. Ou comme seule loi d´être contre le monde. Avec pour refuge l’or, l’alcool et la dérision.

Et c’est la seule catégorie qui sévit encore de nos jours, avec un modus operandi bien différent de l‘époque des corsaires : souvent par commando de moins de 10 bandits encagoulés qui, après s'être laissés dériver dans la nuit et le silence, abordent l'objectif par l'arrière et en moins de 30 minutes pillent les effets personnels, la caisse du commandant, l'électronique et repartent sur des pirogues ultra rapides, en principe sans s'en prendre à l'équipage. Ils sévissent surtout dans les mers chaudes sur la côte d’Afrique, l’entrée de la mer Rouge, sur la mer de Chine, … Le dernier cas, dramatique, est l'assassinat de Peter Blake sur la côte brésilienne en décembre 2001, pour quelques dollars ...


 

 

Je demande un devis

 



Nos anciens articles :

Mai - Pourquoi la Bounty est-elle si célébre ?
Juin - Baleine et Méditerranée
Juin - Christophe Colomb : espagnol, portugais ou italien ?
Juillet - A l'abordage d'un sous-marin !
Juillet - Rackham le Rouge et ses deux femmes : mythe ou réalité ?
Août - Pot au Noir ou Pote au Noir ?
Août - Supersitieux, les marins ?
Sept : Qu'évoque pour vous l'île d'Elbe ?
Oct : Jobs, Starck et Venus


Des conseils, des idées, des critiques ?
Vous souhaitez devenir rédacteur ?

Contactez sabrina@filovent.com

 

Location bateau : Quel est votre style de bateau ?