Location de bateaux Destinations Italie

Prix très attractifs

Profitez de nos promotions sur de nombreux bateaux - Meilleur prix garanti !

Avis & notes réels

Plus de 17 000 avis et notes rédigés par de véritables clients depuis 20 ans ! 

A vos petits soins

Notre équipe vous guide avant, pendant 
et après votre croisiere

Nos conseillers sont à votre écoute

Demandez un devis gratuit en quelques minutes et recevez une proposition de croisière

Italie

Quel est votre style de bateau ?

Avis des clients

Sabrina

votre spécialiste Italie

01 70 80 97 52

Obtenez un devis immédiat
* Respect de la vie privée : Filovent pratique une politique de strict respect de la confidentialité de vos données,
  conformément à la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés
Notre Avis

Notre Avis

Vous apprécierez

  • ses côtes très découpées et ses petits ports accueillants,
  • ses multiples étapes culturelles possibles tout le long du littoral,
  • sa gastronomie inégalée en Méditerranée

Italie - Nos conseils pour votre croisière


(cliquer sur l'image por l'agrandir )

Envie de découvrir l’Italie autrement ? Embarquez à bord d’un bateau, laissez-vous guider par les vents et partez à la découverte des côtes de la péninsule et des îles au charme intemporel. Cheveux aux vents à bord d’un monocoque ou d’un multicoque, l’Italie dévoile une magie insoupçonnée !

Lorsqu’on parle de l’Italie, on évoque souvent les promenades à l’ombre des monuments millénaires, une escapade le long des routes sinueuses qui traversent les vallées et les montagnes. Mais la location d’un bateau en Italie est une occasion unique de découvrir les merveilles de son littoral, bordé par la mer Adriatique à l’Est, la mer Ionienne au Sud et la mer Tyrrhénienne à l’Ouest. Le long de ses 7 400 kilomètres de côtes, vous rencontrerez des régions ayant chacune leur propre caractère, leur histoire, leur gastronomie, ce qui en fait une zone de navigation unique et incontournable.

Nos marinas, souvent bien aménagées, sont principalement localisées sur le littoral Ouest et Sud de la botte italienne, avec un choix de bateaux toujours plus varié, à des prix très abordables. A vous les baies de Naples, de la Calabre, la Sicile ou encore la Sardaigne, lors d’une croisière inoubliable à bord d’un voilier en Italie !

La destination idéale pour la plaisance

Pays béni par la nature avec son climat méditerranéen, ses montagnes et ses rivages baignés par les mers Tyrrhénienne, Adriatique et Ionienne, l’Italie est également une destination chargée d’histoires et de mythologies. Prendre le temps de visiter cette fascinante contrée à bord d’un bateau de plaisance constitue donc une formidable expérience, d’autant que le pays possède quelques-unes des îles les plus irrésistibles de la planète, comme San Pietro, au sud-ouest de la Sardaigne, l’île d’Elbe entre la Corse et la Toscane, ou encore les îles Burano et Torcello localisées au nord de la lagune de Venise. En matière d’escales incontournables, les croisiéristes auront donc l’embarras du choix avec la location de bateaux en Italie.

Juste au sud de la Corse, la Sardaigne fait justement partie de ces terres que l’ont aime redécouvrir à chaque traversée en mer Tyrrhénienne. Ses côtes auréolées de plages de sable blanc et d’eaux turquoise restent des paradis du farniente où il n’est de surcroît pas rare de trouver des mouillages d’exception. À partir de ses charmants ports de Millazzo et de Portorosa, les plaisanciers pourront se rendre vers les îles Lipari, parfois appelées « îles Éoliennes ». L’île principale de l’archipel les offrira la vision spectaculaire de son acropole et de la belle cocathédrale de l’archidiocèse de Messine-Lipari-Santa Lucia del Mela. Pour les passionnés d’histoire, une halte sur Lipari sera l’occasion de visiter son musée archéologique qui abrite entre autres de fascinants objets datant du début du IVe millénaire avant J.-C.

Florilège de sites à découvrir grâce à la location de voiliers en Italie

Mais l’Italie c’est aussi la Sicile, dotée de paysages flamboyants dominés par le plus haut volcan d’Europe : l’Etna culminant à 3340 mètres d’altitude. Son chef-lieu, Palerme, est un condensé de trésors architecturaux à l’instar de sa Cathédrale, du cloître de Monreale, du Palais des Normands et de son opéra Teatro Massimo, le troisième plus grand d’Europe. Autre escale incontournable, la ville de Naples n’est pas non plus en reste question atouts touristiques de renom. En effet, la capitale de la région de Campanie commence par épater les croisiéristes avec sa sublime colline de Posillipo, avant de les éblouir avec son parc Virgiliano, somptueux îlot de verdure abritant un complexe sportif. Ensuite, la visite de la cité sera une succession d’émerveillement aussi bien gustatif que kinesthésique et visuel, grâce à la Piazza del Plebiscito, aux sites archéologiques de Pompéi et Herculanum, aux vieilles galeries souterraines sous le centre historique de Naples, etc.

Caressée par l’Adriatique, la face Est de la Botte regorge également de sites époustouflants. Venise, sa destination phare, demeure un haut lieu de la romance et de la promenade en bateau. Il y a bien sûr ses lieux emblématiques comme la place Saint Marc et sa Basilique, le théâtre La Fenice et le campanile de Santo Stefano, mais il ne faut pas oublier que de nombreuses îles de sa lagune valent vraiment le détour. Ainsi, Mazzorbo, San Servolo, Murano, ou encore San Giorgio Maggiore comptent parmi ses endroits uniques qui garnissent les souvenirs des vacanciers. Un peu plus au Sud, la station balnéaire de Rimini constitue aussi une escale de rêve. La ville est parfaite pour les familles et les touristes amateurs de baignades, d’ambiances festives et de parcs d’attractions. Ceux qui aiment les endroits authentiques en revanche trouveront leur bonheur à San Leo, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Rimini, ou à Ravenne, à une cinquantaine de kilomètres au nord de l’agglomération riminesi.

Argents

Si vous disposez d'une carte Bleue Visa, vous n'avez pas besoin d'emporter des sommes folles en liquide, ou même des travellers chèques : il y a des distributeurs partout, et vous en trouverez toujours un, avec l'enseigne «Cartasi», c'est-à-dire affilié Visa. Attention, le réseau Bancomat ne permet pas le retrait avec une carte Visa. Les cartes Diner's et American Express sont acceptées dans une majorité d'hôtels et de restaurants.

Hormis l'essence et les belles chambres d'hôtels, plus nombreuses qu'en France et qui semblent un peu plus chères, le coût de la vie est, à qualité égale, moins élevé qu'en France. «A qualité égale» est bien sûr subjectif, mais, par exemple, on ne mange jamais médiocrement au restaurant, même en dessous de 15 â?¬. Un repas cher, dans un joli cadre, c'est 15 â?¬. Un repas très cher, dans un endroit luxueux, c'est 30 â?¬.

Infos pratiques

Passeport / Visa
Les voyageurs membres de l'Union Européenne peuvent se rendre en Italie avec une carte d'identité en cours de validité. Les ressortissants suisses et canadiens peuvent s'y rendre sans visa, pour un séjour touristique de moins de trois mois.

Santé
Résidents de l'Union Européenne, pensez à vous munir de la carte européenne d'assurance maladie pour un séjour temporaire en Italie. Il n'y a pas plus de risques sanitaires qu'en France. En cas d'urgence, appelez le 112 (numéro d'appel d'urgence européen).

Informations utiles

Capitale : Rome
Monnaie : Euro
Superficie :
Population : 60.588.658 Hab
Densité : 201 Hab/km²
Fuseau horaire : GMT +1
Chef d'état : Sergio Mattarella

Histoire

L'Italie (en italien Italia) est un pays d'Europe du Sud correspondant physiquement à la péninsule adriatique située au centre de la mer Méditerranée ainsi qu'aux deux plus grandes îles de cette mer, la Sicile et la Sardaigne. Elle est rattachée au reste du continent par le massif des Alpes.

L'apport de l'Italie à la civilisation occidentale est immense : elle est notamment le berceau de l'Empire romain et de la Renaissance italienne. Existant en tant qu'État depuis son unification (1861), elle est aujourd'hui une démocratie parlementaire solide, membre fondateur de l'Union européenne. L'Italie reste un acteur majeur de la scène internationale, forte de ses soixante millions d'habitants, de la force de son économie (elle est la septième puissance économique mondiale) et de son rôle au sein de nombreuses organisations internationales

Étymologie

Le mot « Italie » sous la forme ITALIA apparaît pour la première fois sur une monnaie datant du Ier siècle av. J.-C., retrouvée à Corfinio dans les Abruzzes profondes, l'ancienne Corfinium, capitale de la Confédération italique. Elle avait été frappée par la confédération des peuples italiques en guerre contre Rome.

Le terme même d'Italia évolue pendant l'antiquité. Pour les Grecs, il s'agissait seulement du royaume voisin d'Italos. Une origine populaire rapproche l'étymologie à un épisode de la mythologie grecque des travaux d'Héraclès. En effet, après avoir volé les 115 bœufs de Géryon, le héros mena le troupeau le long des côtes italiennes, lorsqu'un taureau s'échappa jusqu'en Sicile. Héraclès l'y retrouva et appela le pays Italia (de italos qui en dialecte grec local signifiait « taureau »). Une autre version grecque emploie les termes Ouitalia et Ouitalios, en les rapprochant du grec étalon (anciennement Wetalon) signifiant : « veau ».

Une autre étymologie est proposée, sur le rapprochement de it- et de aithô, en grec : ce verbe signifie « brûler », et on le retrouverait dans le radical du nom du volcan Etna. Sa présence serait justifiée du fait que, « Italie » étant un nom donné par les Grecs, venant de l'est, ils voient le soleil couchant rougeoyer et brûler l'horizon à l'endroit de la péninsule. À noter qu'on trouve le terme aithalia également utilisé à l'époque antique pour les îles de Lemnos (sans doute du fait de son activité métallurgique) et d'Elbe, pour la même raison qu'« Italie ». Son usage pour l'Etna ou Aithna est transparent. Le nom d'aithalia aurait été donné en premier lieu aux côtes sud de la Botte, là où les Grecs ont accosté en premier, sur le continent.

L'Italie avant et pendant Rome

Avant le développement de Rome, l'Italie était composée de plusieurs cultures et civilisations, pour la plupart indo-européennes (Italiotes ou italiques), sur un substrat ligure du Néolithique. Sur ces cultures qualifiées d'autochtones, empiétaient :

* au sud, les florissantes colonies grecques de la Grande Grèce, à partir du VIIIe siècle av. J.-C.;
* au centre, des peuples italiques, venus d'Europe centrale à l'âge du bronze, proches des Celtes : Osques, Sabins, Samnites, etc. ;
* la civilisation étrusque, non-indo-européenne, venue peut-être d'Asie Mineure ;
* au nord, des Celtes, arrivés plus tardivement de Bohême, occupent la plaine du Pô, appelée Gaule cisalpine.

Sous la République romaine, la limite nord de l'Italie s'arrête à la Gaule cisalpine, au niveau des fleuves Aesis - puis en -59 le Rubicon - et Macra. En -42, la Cisalpine est réunie à l'Italie qui s'arrête désormais aux Alpes. Cette dernière limite est fixée au trophée des Alpes mais est ensuite déplacée. Rome attribue ensuite la citoyenneté romaine à l'ensemble des Italiens, puis l'étend à tout l'Empire (édit de Caracalla, 211-212)

Rome et son empire

Romulus et Rémus nourris par la louve, mythe fondateur de la civilisation romaine.

A l'origine la louve était représentée seule, c'est seulement lors de la renaissance que les jumeaux Rémus et Romulus ont été ajoutés

La fondation de Rome est due, selon la légende, à Romulus et Remus au milieu du VIIIe siècle av. J.-C.. La civilisation de Rome connut une première phase d'expansion sous le gouvernement des rois de Rome, qui sont également les fondateurs symboliques de nombreuses institutions romaines. L'unification de la péninsule est conduite à l'époque de la République. Après la victoire de Rome contre Carthage lors de la première guerre punique, les principales îles de la Méditerranée occidentale passèrent également sous le contrôle de Rome. Les deuxième et troisième guerres puniques lui assurèrent le contrôle de tout le pourtour du bassin occidental de la Méditerranée.

Au Ier siècle, Rome dominait tout le bassin méditerranéen, mais après la mort de Jules César le 15 mars 44 la république sombra dans la guerre civile, mais son successeur Octave (futur empereur Auguste) après avoir vaincu Marc-Antoine et la reine Cléopâtre en Égypte changera la République de Rome en Empire et mis fin ainsi à de longues années d'instabilités politiques. Le gouvernement des territoires contrôlés par Rome se caractérisa par le respect des cultures locales et par le développement économique, favorisé par la réalisation de grandes infrastructures.

Au IVe siècle, l'empire fut confronté au début d'une longue série d'invasions barbares : les Wisigoths, les Huns et les Ostrogoths. Sous le coup de ces invasions, l'empire se divisa en Empire romain d'Occident, qui s'effondra rapidement, et en Empire romain d'Orient (ou Empire byzantin), qui résistera encore un millénaire.

Vers l'unification

Du XIVe au XVIIIe siècle, c'est la Renaissance en Italie avec des artistes tels que Michel Ange ou Raphaël, et des scientifiques comme Galilée qui font littéralement « renaître » l'art et la science, d'abord dans la péninsule puis dans l'Europe toute entière. À l'époque de Léonard de Vinci, l'Italie reste très morcelée sur le plan politique. Elle est constituée d'une mosaïque de principautés (duchés, cités-États, …). Les princes italiens organisent chacun leur propre cour et se livrent souvent à des guerres sanglantes avec de multiples interventions extérieures, notamment de la France et de l'Espagne (guerres d'Italie). Les guerres incessantes du XVIe siècle dues aux ingérences des grands états européens ainsi que la montée en puissance de l'Autriche et des principautés allemandes expliquent en partie le déclin des principautés italiennes du XVIIe au XIXe siècle.

Les campagnes napoléoniennes ont pour conséquence de bouleverser l'ordre établi. Le souhait d'unifier la péninsule s'appuie alors sur le risorgimento, aboutissant à la proclamation du royaume d'Italie, à partir du royaume de Sardaigne, sous l'impulsion du roi Victor-Emmanuel II, complétée en 1870 par l'annexion de Rome qui devient la capitale du royaume unifié.

Après les campagnes napoléoniennes, des poussées nationalistes appuyées par les Savoie, qui voient là une occasion d'agrandir le Royaume de Sardaigne, conduisent à une série de guerres d'indépendance contre l'Empire Austro-Hongrois, deux d'entre elles avec l'appui extérieur de la France. Les grands protagonistes du Risorgimento sont Victor-Emmanuel II de Savoie, Giuseppe Garibaldi, Giuseppe Mazzini et Camillo Benso, comte de Cavour .

Suite à la seconde guerre d'indépendance, qui, avec l'expédition des Mille au sud et la descente subséquente des Piémontais du nord, réussit à unifier, sous la bannière des Savoie, une grande partie de la péninsule (à l'exclusion de Rome et de Venise) et à provoquer la proclamation du Royaume d'Italie en 1861, ayant comme capitale Turin, puis Florence à partir de 1865. En 1866, Venise est annexée au Royaume d'Italie, suivie par Rome, en 1870. Ce qui provoque le début d'une fracture entre l'État italien et l'Église durée jusqu'aux Accords du Latran, en 1929. La forme de gouvernement proclamée est celle d'une monarchie constitutionnelle, avec un parlement élu au suffrage restreint. Rome devient officiellement capitale de l'Italie en 1870.

En même temps, dans le Nord de la péninsule, se développe une puissante industrialisation liée aux capitaux d'une agriculture modernisée dans la plaine du Pô et aux ressources hydroélectriques des Alpes. Cette industrialisation se concentre essentiellement sur le « Triangle d'Or », Turin, Milan et Gênes. Le Sud au contraire reste non seulement dominé par la production agricole mais aussi par des structures agraires quasi féodales : c'est le système des latifundia, grandes exploitations aux propriétaires absentéistes et routiniers, aux ouvriers agricoles sous-payés et des microfundia, minuscules propriétés destinées principalement à l'auto-consommation. Ainsi s'explique le contraste entre le Nord et le Sud du pays, le développement des mafias et la forte immigration vers l'Europe industrielle et les États-Unis.

De la Première à la Seconde Guerre mondiale

I * Première Guerre mondiale, 1914-1918 : Bien que faisant théoriquement partie de la triple Alliance, l'Italie reste neutre au début de la guerre, et finit même par s'allier à la Triple Entente en 1915. En 1918, les frontières italiennes furent rectifiées en sa faveur. Toutefois l'Italie n'obtint pas tous les territoires qu'elle revendiquait (irrédentisme), et le thème de la « victoire mutilée » favorisa l'agitation nationaliste et l'ascension de Mussolini.
* Benito Mussolini : De 1919 à 1922, l'Italie est secouée par une grave crise sociale, économique et politique. Mussolini l'exploite en brisant les grèves et les syndicats par la violence : il se fait ainsi connaître et bien voir par les milieux d'affaires et le patronat (Confindustria et Confagricoltura). Il utilise pour cela des squadre (escouades), sortes de milices, issues en grande partie des rangs des arditi (venant des troupes d'élite démobilisées en 1918) nationalistes, dont l'uniforme est la chemise noire — qui deviendra un des symboles du fascisme. Après la marche sur Rome en octobre 1922, le roi d'Italie, Victor-Emmanuel III, lui confie le gouvernement. Jouant habilement de mansuétude et de menaces, Mussolini installe progressivement l'appareil fasciste sur le pays. Son alliance militaire avec l'Allemagne nazie provoquera l'entrée de l'Italie dans la guerre aux côtés des forces de l'Axe.

L'Empire colonial Italien en 1940

* Le 10 juillet 1943, les Alliés débarquent en Sicile puis pénètrent dans le sud de l'Italie; Mussolini est renversé puis emprisonné, sur ordre du roi. Le dictateur est délivré par un commando allemand (12 septembre). Alors que l'Allemagne envahit la péninsule, il installe alors sous l'ordre d'Hitler une République sociale italienne. Le maréchal Pietro Badoglio signe la capitulation (8 septembre 1943) et l'Italie poursuit la guerre du côté des Alliés. Tentant de fuir vers la Suisse, Mussolini est exécuté (puis pendu) par des partisans communistes le 28 avril 1945. * En juin 1946, un référendum serré mettant fin à la royauté, la République italienne est proclamée et la famille royale est exilée.

Époque contemporaine

L'Italie s'installe alors dans un régime démocratique, dominé par la Démocratie chrétienne et des partis laïques antifascistes, qui favorise, malgré de fréquentes crises ministérielles, à la fois la reconnaissance internationale, l'intégration européenne et un développement économique sans précédents (le miracle économique). Un Parti communiste italien de plus en plus fort, et relativement modéré, empêche toute alternance électorale jusqu'en 1976, moment du compromis historique mais aussi des années de plomb, marquées par le terrorisme d'extrême droite et d'extrême gauche. Peu à peu, la Démocratie chrétienne, tout en restant incontournable, laisse une partie du pouvoir à des partis moins importants comme le Parti républicain italien ou le Parti socialiste italien. Des réformes sociales majeures sont adoptées après référendum (le divorce, l'avortement) ou après le vote de lois (Psichiatria democratica). Un climat affairiste, de plus en plus corrompu, s'installe, ce qui provoque l'opération judiciaire dite Mani pulite (Mains propres). Il s'en suit une réorganisation politique massive qui voit l'explosion des 2 grandes forces politiques (la Démocratie Chétienne et le Parti Communiste) en une myriade de partis, changement accentué le référendum de 1993 et l'adoption en 1994 de la loi électorale dite Mattarellum, posant les bases d'un système électoral mixte. Ces changements provoquent la descente politique de Silvio Berlusconi dont les affaires avaient bénéficié du gouvernement de Bettino Craxi. S'il est rapidement lâché par ses turbulents alliés (comme la xénophobe Ligue du Nord), il n'en revient pas moins au pouvoir en 2001 avec une victoire électorale écrasante, après un intermède, dominé par le centre-gauche, incapable de faire aboutir une réforme constitutionnelle majeure. Ce gouvernement Silvio Berlusconi II est jusqu'à présent le plus long de toute l'histoire républicaine.

Du 6 au 10 novembre 2002 se déroule à Florence, le 1er Forum social européen, à la suite des violents affrontements du G8 à Gênes.

En 2006, la gauche, menée par Romano Prodi, revient au pouvoir suite à une courte victoire aux élections législatives. En août 2006, Ehud Olmert demande à Romano Prodi que l'Italie prenne la direction de la Finul renforcée après le conflit israélo-libanais, ce qui fut le cas en février 2007.

licence GFDL - Auteurs - location voilier italie

Politique

Politique de l'Italie

La politique de l'Italie est caractérisée, depuis 1946 par une démocratie parlementaire en apparence assez instable, même si l'aphorisme célèbre du Guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa (tout doit changer pour que rien ne change) s'applique sans doute mieux à la vie politique italienne.

Après des années de domination continue de la Démocratie chrétienne et des alliés de centre-gauche, contrastée par l'existence d'un Parti communiste italien (PCI) fort et relativement modéré, le système a semblé s'effondrer dans les années quatre-vingt-dix, à la suite de l'affaire Mani pulite (Mains propres). Lors d'un référendum promu par Mario Segni et le Parti radical italien en 1993, le mode de scrutin qui privilégiait la proportionnelle est profondément modifié par une loi, inapplicable dans les faits, le Mattarellum (mot inventé par Giovanni Sartori), un scrutin mixte (majoritaire à 75 %).

Les principaux partis implosent ou changent de nom et Silvio Berlusconi, un homme d'affaires dont les activités avaient bénéficié du gouvernement corrompu de Bettino Craxi (PSI) se lance en politique (il appellera cette décision, la descente) et fonde peu avant les élections de 1994, le mouvement Forza Italia. Il remporte les élections mais doit quitter le gouvernement suite à la défection de certains alliés. Après la chute de Berlusconi il y a un gouvernement institutionnel, formé par des personnages de la vie économique et guidé par Lamberto Dini, directeur général de la Banque d'Italie.

En 1996 la gauche autour de Romano Prodi gagne les élections. Il fera entrer l'Italie dans l'euro, grâce à la réduction de la dette publique mais aussi en augmentant les taxes. Mais l'appui de Refondation communiste à la coalition de l'Olivier se termine en 1998, et grâce à la nouvelle formation issue du PCI, le PDS, Massimo D'Alema forme deux gouvernements. Au final de la législature il y a un autre gouvernement de gauche, guidé par l'ancien président du conseil Giuliano Amato.

Silvio Berlusconi remporte les élections de mai 2001 contre Francesco Rutelli. Son gouvernement traverse des crises temporaires, avec le départ de quelques ministres importants (Affaires étrangères, Intérieur, Economie) mais il arrive à rester au pouvoir jusqu'au terminus de la législature. Le gouvernement, à l'approche des élections de 2006, que tout le monde sent perdues, surtout après l'échec sans précédent aux élections régionales du 4 avril 2005 (six régions perdues, seules la Lombardie et la Vénétie restent aux mains du centre-droit) modifie le mode de scrutin, revenant à la représentation proportionnelle intégrale, avec prime majoritaire (340 sièges à la Chambre des députés pour la liste arrivée en tête au niveau national) pour garantir la stabilité. Il fait aussi voter, de façon définitive, la réforme constitutionnelle majeure de la République (plus de 50 articles modifiés), appelée communément la devolution parce qu'elle aurait instauré un État fédéral, conforme aux vœux de la Ligue du Nord. Mais cette réforme finira par ne pas entrer en vigueur (après un référendum de confirmation en juin 2006 qui est un échec patent pour la Maison des Libertés et la Ligue du Nord).

L'influence du pape et des cardinaux de l'Église catholique romaine dans la politique italienne est manifeste.

Système constitutionnel actuel

La constitution italienne, entrée en vigueur le 1er janvier 1948 a établi la République, fondée sur le travail (art. 1er).

Elle repose sur un régime parlementaire bicaméral :

- une Chambre des députés (Camera dei Deputati) de 630 députés ; - un Sénat (Senato della Repubblica) de 315 sénateurs (ainsi que les anciens présidents de la République et 5 sénateurs à vie, au plus, nommés par le chef de l'État).

Le Parlement est élu au suffrage universel direct selon des conditions très similaires. La loi électorale a été substantiellement modifiée, suite à un référendum abrogatif en 1993, pour introduire une part de scrutin majoritaire (75 %) afin d'éviter l'instabilité gouvernementale chronique du début de la République, due, entre autres, à un multipartisme excessif et à l'absence d'alternance possible. Cependant il y a eu 8 gouvernements entre 1994 et 2006.

En 2005, un système mixte à finalité majoritaire est instauré pour l'élection des membres des deux chambres. Concernant la Chambre des députés, une prime majoritaire, de l'ordre de 55 % des sièges, est attribuée au niveau national à la liste ayant rassemblé le plus de voix, avec répartition à la proportionnelle au sein de cette coalition, les 45 % de sièges restants étant eux aussi répartis à la RP. Au Sénat, cette prime est attribuée au niveau régional (dans chaque région, la liste arrivée en tête reçoit automatiquement 55 % des sièges). La victoire ne pouvant être obtenue autrement qu'en bénéficiant de la prime majoritaire à la Chambre des députés, les coalitions doivent être aussi larges que possible afin de polarisation un maximum de voix. Ce système est donc grandement favorable à l'émiettement politique, comme en ont témoigné les résultats des élections générales italiennes de 2006.

L'exécutif est constitué d'un gouvernement présidé par un Président du Conseil, primus inter pares.

Le chef de l'État est un Président de la République aux pouvoirs relativement limités, élu pour sept ans par les chambres réunies (auxquels s'ajoutent des délégués représentant les régions).

licence GFDL - Auteurs - location voilier italie

Géographie

L'Italie est une péninsule qui a la forme générale d'une botte, d'une superficie totale de 301 263 km², y compris les îles, dont les trois principales sont la Sicile, la Sardaigne et l'île d'Elbe. Ses limites extrêmes se situent :

- en latitude entre 47° 5' au nord à la Vetta d'Italia dans les Alpes centrales et 35° 29' au sud dans l'île de Lampedusa (golfe de Gabès) ; - en longitude entre 6° 32' (est) au mont Tabor dans les Alpes occidentales et 18° 31' au cap d'Otrante dans les Pouilles.

Les dimensions maximum sont de 1 330 km, du nord au sud, de la Vetta d'Italia à Lampedusa, et de 630 km, d'est en ouest, du mont Tabor au mont Nevoso.

Les frontières de l'Italie sont toutes marquées par des éléments physiques : la mer Ligure et la Mer Tyrrhénienne à l'ouest, le canal de Sicile au sud, la mer Ionienne et la mer Adriatique à l'est, les Alpes au nord (mais dans la partie centrale la frontière s'écarte de la ligne de séparation des eaux, la Suisse s'étendant sur le versant sud avec le canton du Tessin). Le territoire italien englobe les deux États confettis du Vatican et de Saint-Marin et possède une enclave en Suisse, la localité de Campione sur les rives du lac de Lugano.

Le territoire italien est très accidenté : 23 % en plaine seulement, 35 % en montagnes et 42 % en collines. Deux grandes chaînes de montagne le structurent fortement : les Alpes au nord, avec le point culminant du pays dans le mont Blanc à 4810m (si l'on considère que le Mont Blanc fait partie de l'Italie), et les Apennins qui courent depuis la côte Ligure jusqu'à Reggio di Calabria. Une seule grande plaine alluviale : la plaine du Pô, d'environ 45 000 km².

Située sur la ligne de contact des plaques africaine et européenne, l'Italie est sujette aux tremblements de terre et possède quatre volcans actifs : l'Etna, le Vésuve, le Vulcano et le Stromboli (ces deux derniers en mer Tyrrhénienne).

Les côtes présentent un très long développement, d'environ 7 500 km (dont la moitié forme le contour des îles).

Du fait de sa position géographique, l'Italie a un climat tempéré, avec de fortes variations régionales dues aux écarts de latitude, aux reliefs et à l'influence de la mer. Les températures moyennes varient de 11 °C au nord (Turin) à 16 °C au sud (Naples), les précipitations de 1 000 à 2 000 mm dans la zone alpine à 600 mm sur le versant adriatique.

Les régions alpines

Les régions alpines de l'Italie constituent la partie méridionale du massif alpin. La ligne de frontière entre l'Italie et les autres pays alpins suit généralement la ligne de partage des eaux, à l'exception notable de la région du Tessin qui forme un canton suisse bien que située sur le versant méridional. Elles s'étirent en forme d'arc de cercle sur une longueur d'environ 1200km, et comprennent d'ouest en est, les Alpes ligures, les Alpes maritimes, les Alpes Cozie, les Alpes grées, les Alpes pennines, les Alpes lépontines, les Alpes rhétiques, les Alpes atésines, les Alpes carniques et les Alpes juliennes.

Les Apennins

Les Apennins sont une chaîne de montagne qui se développe sur une longueur de près de 1 500 km entre le nord, près du col de Cadibonae en Ligurie, jusqu'à la pointe ouest de la Sicile, et constituent l'épine dorsale montagneuse de la péninsule italienne.

Le point culminant des Apennins est le Corno Grande qui atteint 2 900 m dans le massif du Gran Sasso (région des Abruzzes), exception faite de l'Etna, 3 340 m, qui est un relief volcanique.

Les Alpes Apuanes constituent une petite particularité montagneuse entre la mer et les Apennins au niveau de Carrare en Toscane, avec ses ressources de marbre blanc.

Géographie physique

Couvrant une étendue de 90 000 km² entre le versant sud des Alpes et le versant nord des Apennins, la plaine du Pô ou plaine padane (du latin Padus, le Pô) est de loin la plus grande plaine italienne. Elle occupe la plus grande partie des régions Piémont, Lombardie, Vénétie, Frioul-Vénétie julienne et Émilie-Romagne. Elle est arrosée principalement par le Pô et ses affluents, mais recouvre aussi les basses vallées des fleuves côtiers des trois Vénéties, l'Adige, la Brenta, le Piave, le Tagliamento et l'Isonzo (dont une partie du cours se trouve depuis 1947 en Slovénie) et encore, le bassin du Reno et des autres fleuves de l'Émilie-Romagne qui vont directement à la mer Adriatique.

De forme générale triangulaire, longue de 347 km, elle s'élargit vers l'est sur un front maritime de 270 km entre Rimini au sud et l'Isonzo au nord-est.

On distingue la haute plaine au nord et la basse plaine au sud.

Formation de la plaine

Il y a un million d'années, au début de l'ère quaternaire, la plaine du Pô était un immense golfe de la mer Adriatique.

Climat

Les climats de l'Italie sont variés, de type montagnard au niveau des Alpes, continental dans la plaine du Pô, méditerranéen dans la péninsule, le climat devenant de plus en plus sec vers le sud et sur la façade orientale de la botte (l'aridité en été dure 2 mois en Toscane, 5 mois en Calabre)[1]. Si les hivers sont assez froids dans le nord, ils sont doux dans le centre et dans le sud, avec toutefois des variations sensibles selon l'altitude. L'été est chaud partout, moite dans la plaine du Pô, et très sec dans les régions méditerranéennes. Celles-ci sont aussi marquées également par de fortes pluies en automne et au printemps.

Les régions côtières

Les côtes de l'Italie s'étendent sur 7 456 km.

Pour les îles :

- 1600 km pour la Sicile ;
- 1850 km pour la Sardaigne :
Les côtes très diverses qui bordent la péninsule :

* côtes basses, présentant de vastes plages sableuses de l'Émilie-Romagne à la Frioul-Vénétie julienne, avec de nombreuses lagunes et étangs côtiers, dans le nord de l'Adriatique,
* côtes sableuses également sur le versant tyrrhénien le long de la Toscane et du Latium,
* côtes rocheuses, hautes, très entaillées de la Riviera italienne en Ligurie,
* côtes découpées de golfes mondialement célèbres le long de la Campanie (golfe de Naples, golfe de Salerne).

Les îles

Voir aussi : Liste des principales îles d'Italie

Les îles couvrent un peu plus de 50 000 km², soit 17 % du territoire italien, dont 49 000 km² environ pour la Sicile et la Sardaigne. En dehors de ces deux grandes îles, de nombreuses îles mineures, souvent groupées en archipels, se trouvent le long des côtes italiennes, pour la plupart dans la mer Tyrrhénienne. Leur superficie totale atteint environ 1 000 km², à peine 2 % de l'ensemble insulaire.

- L'archipel toscan, situé entre la Corse et la Toscane, comprend l'île d'Elbe (223 km²) et plusieurs îles secondaires : Capraia, Giglio (21 km²), Giannutri, Gorgona, Montecristo, et Pianosa.
- Les îles pontines, situées au large du golfe de Gaète : Ponza, Gavi, Santo Stefano, Palmarola, Ventotene, Zannone.
- L'archipel campanien, faisant face au golfe de Naples, compte des îles très célèbres : Ischia (46 km²), Capri, Nisida, Procida.
- Les îles éoliennes, d'origine volcanique, au large de la côte nord de la Sicile : Lipari (37 km²), Salina (26 km²), Stromboli, Vulcano (20 km²), Alicudi, Filicudi, Panarea.
- Plus à l'ouest, dans la mer Adriatique, l'île solitaire d'Ustica. - L'archipel des Égates, à la pointe nord-ouest de la Sicile : Favignana, Levanzo, Marettimo, Stagnone.
- Au sud de la Sicile, l'île solitaire de Pantelleria (82 km²), - Encore plus au sud, proche des côtes de Libye, l'archipel des Pélagies : Lampedusa (20 km²), Lampione et Linosa.
- L'archipel de la Maddalena, au nord-est de la Sardaigne : La Maddalena (20 km²), Caprera, Spargi, Tavolara…
- Au sud-ouest de la Sardaigne : Sant'Antioco (108 km²) et San Pietro (51 km²).
- Au nord-ouest de la Sardaigne : Asinara (50 km²) et Piana. - Les îles Tremitis, situées dans l'Adriatique, au nord du Gargano : San Domino, Caprara, San Nicola.
- Dans l'Adriatique également, l'île de Pianosa.

licence GFDL - Auteurs - location voilier italie

Culture

Centre de l'Empire romain puis de l'Église catholique, au carrefour des civilisations de la Méditerranée, l'Italie est depuis l'Antiquité, l'un des plus grands foyers culturels de l'Europe et de l'Occident.

L'influence de l'Italie s'exerce de façon importante dans de nombreux domaines artistiques et tout particulièrement dans l'architecture, la peinture, la sculpture, les arts décoratifs, la musique, la littérature et ceci de façon déterminante et continue au moins jusqu'au XVIIIe siècle.

On peut penser que, au delà du génie particulier du peuple italien, les circonstances historiques, les conditions naturelles (les merveilleux paysages de l'Italie) et politiques (le morcellement de la péninsule entre de multiples États rivaux) favorisent de façon unique l'éclosion d'une culture raffinée.

De nombreux peuples divers et variés participent à l'élaboration de la culture qui ne peut être qualifiée d'italienne qu'à partir du Moyen Âge. Ce qualificatif ne peut en effet s'appliquer aux monuments et autres témoignages du passé que laissent en Italie les Étrusques, les Celtes, les Ostrogoths, les Lombards, les Byzantins, les Arabo-musulmans et les Normands dans le sud et en Sicile, qui tous se sont fondus dans la nation moderne. Quant aux Romains, leur empire et leur culture dépassent largement les frontières italiennes, et on ne peut réduire leur apport à celui de la péninsule. L'Italie est néanmoins reconnue comme province centrale de l'Empire romain. Ses habitants jouissent seuls du titre de citoyen romain, avant que ce titre ne soit accordé aux autres habitants de l'Empire, seuls les citoyens romains ont le droit de vote, l'impossibilité de participer à la vie politique fut le principal motif de revendication de la citoyenneté.

Mais ces multiples influences se sont mutuellement fécondées et ont fait de l'Italie un pays exceptionnellement créatif.

licence GFDL - Auteurs - location voilier italie

Economie

Économie

Économie de l'Italie et Liste d'entreprises italiennes.

L'Italie est membre du G8, les huit pays les plus industrialisés. Elle est la 6e puissance économique du monde[2] et le premier exportateur mondial de produits de luxes. L'économie italienne a des dimensions européennes : produits agricoles de renommée internationale (huile, vinaigre balsamique, fromages, pâtes…), produits industriels (voitures, vêtements (2e rang mondial) …), services (tourisme : avec 43 millions de touristes l'Italie est le 5e destination mondiale). L'Italie est la quatrième puissance européenne, son produit brut étant de 1.758 milliards de dollars (USD).
PIB par habitant (l'indice 100 étant la moyenne de l'Europe[3])

Les régions du nord, notamment la Lombardie et l'Émilie-Romagne, ont un des PIB par habitant les plus élevés de l'union européenne (31180 dollars/habitant en 2004) et comparable à celui d'Île-de-France ou de la région de Londres. En revanche les régions méridionales accusent toujours un retard économique notable par rapport aux régions du nord. Le taux de chômage officiel est de 5,6 %[4]mais varie selon les régions, notamment entre le nord (3%) et le sud (15%) du pays.

L'Italie a une longue tradition de fabrication de qualité et de dynamisme commercial. Encore aujourd'hui, son économie est tirée par le dynamisme entrepreneurial, que ce soit grâce aux grands groupes industriels comme Fiat (qui connait aujourd'hui un renouveau), Olivetti, Finmeccanica, AnsaldoBreda, Saipem ou Benetton, à des sociétés d'État aujourd'hui largement privatisées comme l'Eni, ENEL et à l'existence d'un dense réseau de PME constitué de sous-traitants ou de petites structures tournées vers l'excellence, la qualité, le design et constituant la force d'exportation de l'économie italienne. Les grands noms du luxes italien comme Ferrari, Maserati dans l'automobile, Gucci, Dolce&Gabbana, Armani dans la mode et Ferretti dans le yachting font de l'Italie une référence mondiale dans le domaine de l'élégance et design.. Parallèlement, il existe une économie souterraine surtout présente dans le sud de l'Italie. Elle représenterait 20 % du PIB et est le fait de grandes organisations criminelles comme la mafia sicilienne, la camorra napolitaine et la Ndrangheta calabraise. Ces organisations pratiquent l'extorsion de fonds, le trafic de stupéfiants, de cigarettes, d'armes, les paris clandestins et l'usure. Selon certaines estimations, 80 % des entreprises siciliennes subissent le racket de la mafia. Ceci pèse sur l'économie du Mezzogiorno (le sud de la péninsule). Les investisseurs italiens ou internationaux hésitent en effet à s'installer dans cette zone. Néanmoins les commerçants de Palerme ont décidé de se rebeller contre les pratiques d'extorsions.

De ce fait, la plupart des entreprises ainsi que les réseaux de PME dynamiques sont implantés dans le nord. Le triangle industriel Milan-Gênes-Turin fait partie de la mégalopole européenne. Il en représente la partie sud. Avec l'Emilie Romagne et la Vénétie, il compose le cœur industriel de l'Italie, fortement ancré vers l'Europe et les exportations. On y trouve des industries puissantes comme Fiat et l'Eni mais aussi des PME dynamiques. Les PME de la troisième Italie sont elles aussi fortement tournées vers l'exportation. Cette partie de l'Italie est beaucoup plus riche que le Sud et ne compte que 2 % de chômage alors que le sud atteint les 15 %. Entre les deux, il existe une région que les géographes ont appelé la troisième Italie. Elle base son développement économique sur des réseaux de PME dynamiques dans des secteurs diversifiés comme le textile, le cuir, les industries métalliques et mécaniques. Signalons que l'Italie est le 2ème fabriquant et exportateurs de machines-outils après l'Allemagne. Ce pays est le 1er partenaire économique de l'Italie, le suivant étant la France. Concernant les échanges commerciaux, 60 % sont effectué en Europe. L'Italie dispose de très bonnes infrastructures de communication vers l'Europe (lignes ferroviaires, autoroutes, cols aménagés) ainsi qu'une ouverture sur l'Europe Centrale et de l'Est grâce à la Slovénie et l'Autriche. Enfin, ne serait la très lourde facture énergétique du pays qui importe la majorité de l'énergie dont il a besoin, la balance commerciale serait largement excédentaire.

Le tourisme constitue également une activité motrice de l'économie: l'Italie, troisième pays touristique d'Europe derrière la France et l'Espagne, accueille 52 millions de touristes par an dans les alpes, sur les littoraux et dans ses villes d'art comme Venise, Florence, Naples et Rome. La présence de ruines antiques fait également beaucoup dans la réputation touristique du pays; l'Italie développe également depuis quelques années un tourisme oeno-gastronomique (appelé agri-tourisme).

On compte près de 2 millions d'exploitations agricoles en Italie. Elles sont spécialisées dans la culture des produits traditionnels dans le monde méditerranéen, c'est-à-dire la vigne, le blé, l'olivier, les fruits et légumes et les agrumes (notamment la bergamote à Reggio Calabria) et les produits laitiers.

L'allègement des prélèvements obligatoires, l'assouplissement du marché du travail, la réforme de l'onéreux système de retraites, avance trop lentement du fait de l'opposition des syndicats qui craignent une précarisation des conditions de travail des employés et un appauvrissement des futurs retraités. Le nouveau gouvernement de Silvio Berlusconi dispose de plus de latitude pour engager ces réformes nécessaires car il ne repose pas sur une coalition trop hétéroclite, ce qui a toujours été le motif d'immobilisme de la gauche. Toutefois, l'Italie ayant une situation financière (dette, PIB) beaucoup plus problématique qu'en France, ses marges de manoeuvres sont extrèmement réduites.

Régions économique

On peut diviser l'Italie en trois grandes régions économiquement distinctes :

- Le Nord-Ouest, le "Triangle économique", qui appartient au cœur économique de l'Europe et occupe le sud de la mégalopole européenne. La région concentre les principales activités lourdes ainsi que les sièges d'entreprise et s'organise autour des 3 grandes villes: o Milan, métropole industrielle et tertiaire, capitale financière du pays ; o Turin, construction automobile, banque-finance-assurance ; o Gênes, 1er port d'Italie et 2ème méditerranéen, associant dans la région construction navale et tourisme haut-de-gamme.

- Le Nord-Est, correspond à la région des PME-PMI, où leur concentration est la plus forte d'Europe. Le tissu urbain est composé de villes moyennes telles que:Bergame, Brescia, Vérone, Padoue, Venise-Mestre, Trieste, Modène, Bologne. 2 ports d'importance (Venise et Trieste) concentrent les activités d'industrie lourde et de construction navale (chantiers Fincantieri) et offrent un débouché pour les industries locales, s'ajoutant à la proximité des pays de l'Europe Centrale (qui connaissent un fort développement depuis peu).

- L'Italie du centre ou troisième Italie est une périphérie dynamique de l'Europe grâce à des PME innovantes à structures familiales et de puissantes coopératives. Le réseau urbain est également composé de villes moyennes qui conjuguent patrimoine historique et zones d'activités industrielles et artisanales (tissus, automobile, haute couture,...). On note la forte influence de Bologne et la prééminence du pôle florentin associé au port de Livorno ainsi que de la Riviéra adriatique.

- L'Italie du Sud, (ou Mezzogiorno) est une périphérie en retard de l'Europe et de l'Italie. C'est un espace plus rural et plus pauvre. Il a bénéficié des aides de l'État et de l'Union européenne pour financer un réseau routier performant et installer des complexes industrialo-portuaires, qui se sont souvent révéler être des cathédrale dans le désert. Le Molise et les Abruzzes, qui ne subissent pas la mainmise de la mafia ou de la camorra, ont connu une croissance plus forte que le sud-ouest de l'Italie. Les Pouilles est une région également dynamique; c'est la deuxième plaine d'Italie, elle offre donc une activité agricole intense en plus de l'activité touristique. La région dispose de ports importants au niveau de Tarente, Bari et Brindisi.

licence GFDL - Auteurs - location voilier italie

Replier
Lire la suite