Location de bateaux Destinations Thaïlande

Prix très attractifs

Profitez de nos promotions sur de nombreux bateaux - Meilleur prix garanti !

Avis & notes réels

Plus de 17 000 avis et notes rédigés par de véritables clients depuis 20 ans ! 

A vos petits soins

Notre équipe vous guide avant, pendant 
et après votre croisiere

Nos conseillers sont à votre écoute

Demandez un devis gratuit en quelques minutes et recevez une proposition de croisière

Thaïlande

Quel est votre style de bateau ?

Avis des clients

Sabrina

votre spécialiste Thaïlande

01 70 80 97 52

Obtenez un devis immédiat
* Respect de la vie privée : Filovent pratique une politique de strict respect de la confidentialité de vos données,
  conformément à la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés
Notre Avis

Notre Avis

Vous apprécierez

  • de vous rendre sur les îles qui ont été la scène de nombreux films,
  • d'être seuls au monde, car peu de voiliers dans les mouillages,
  • son climat parfaitement clément pour une navigation en toute quiétude.

Les informations essentielles pour votre voyage
Thaïlande


Voici un concentré des informations que vous devriez savoir avant de vous envoler vers le pays

Naviguer en bateau lors d'une croisière Thaïlande

La Thaïlande vous accueille dans la péninsule indochinoise, en Asie du Sud-Est. Vous pouvez accéder à une location de bateau en Thaïlande depuis nos bases sur le littoral de la mer de Chine méridionale, ou bien depuis Phuket où trois de nos partenaires vous accueillent.

L’île de Phuket est d'ailleurs un bon point de départ en raison de ses conditions climatiques excellentes et sûres. Partez à la rencontre des petites îles thaïlandaises, baignant dans un décor de plages immaculées, de fabuleux pics calcaires et d’authentiques villages de pêcheurs.

Les mouillages sont innombrables, pour ne citer que Koh Hong, Koh Roi, Koh Hong Krabi, Ko Phi Phi ou Koh Rang Yai, en navigant dans la baie de Phang-Nga. Profitez-en pour faire une séance de snorkeling !

À terre, chaque escale s’annonce riche en surprises : balade à dos d’éléphant, trekking dans la forêt, farniente et baignade, sports nautiques, etc.
Argents

- L'unité monétaire de Thaïlande est le baht.
Taux de change : 1 euro = 48 Bts. En gros, 100 Bts font 2 euros.

- Il n'y a pas de marché noir et le change s'effectue partout sans aucun problème, même en euros ou en chèques de voyage en euros. Inutile donc d'apporter des dollars.
Beaucoup de banques sont en outre équipées de distributeurs automatiques généralement accessibles de 6 h à 22 h, voire 24 h/24. Pour toute information, avant de partir, www.mastercardfrance.com . Attention, vous paierez une commission d'environ 6 euros pour chaque retrait ou paiement.

Coût de la Vie

En "province", la nourriture et l'hébergement sont généralement bon marché ; à Bangkok, ils restent très abordables compte tenu de la qualité offerte. Vous pouvez compter environ 11 euros par jour si vous voyagez avec un budget serré (hébergement, nourriture et transports), 13,5 à 27,5 euros si vous regardez moins à la dépense. A Bangkok, la nourriture est dans l'ensemble plus chère, sauf à Thonburi et dans des quartiers ouvriers comme Thong Bong e Jiuntu.

Pourboire

En Thaïlande, on ne laisse pas de pourboire, bien que dans les grands hôtels et les lieux extrêmement touristiques les Thaïs se soient aisément habitués à cette gratification importée.

Infos pratiques

Passeport / Visa  

- Le visa n'est pas nécessaire pour les séjours de moins de 30 jours pour les membres de la Communauté européenne…. avec un vol aller-retour confirmé. - Pour les séjours de moins de 30 jours (donc sans visa), passeport impérativement valable au moins 3 mois après le retour de Thaïlande. Pour les séjours de plus de 30 jours (avec visa), le passeport doit être valide 6 mois après le retour de Thaïlande.

Santé

- Aucun vaccin obligatoire pour les voyageurs en provenance d'Europe.
- Sont recommandés les vaccins déjà conseillés en France : tétanos, polio, diphtérie (DT polio), hépatite B. Les vaccins contre l'hépatite A et la typhoïde sont conseillés. Enfin, les vaccins contre la rage et l'encéphalite japonaise sont à prévoir en cas de séjours ruraux de plus d'un mois.
Traitement contre le paludisme, particulièrement pour les séjours dans le Nord du pays et les zones rurales recommandé. Eau non potable. Moustiques à la tombée de la nuit. Rares rencontres avec des serpents.
Attention aux hépatites, au choléra, aux vers aquatiques, aux affections transmises par les moustiques (dengue, paludisme) et aux morsures de serpents et de méduses. N'oubliez pas votre moustiquaire !

Electricité

220 Volts.

Informations utiles

Capitale : Bangkok
Monnaie : baht
Superficie :
Population : 65000000 Hab
Densité : 101 Hab/km²
Fuseau horaire : GMT +7
Chef d'état : roi Bhumibol Adulyadej

Histoire

La préhistoire
Ban Chiang est un site archéologique du nord-est de la Thaïlande, près d’Udon Thani. En 1967 y ont été découverts des vestiges d'une culture inconnue datant de l'âge de bronze âgé de 2500 à 4000 ans av. J.-C.Les habitants de ce site, avaient développé des outils de bronze et commencé la culture du riz en rizière ce qui indique le début d’une société organisé. Des sépultures et un grand nombre de poteries peintes et objets en bronzes plus tardifs ont été mis au jour. Le site est classé Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1992.

Avant l'arrivée des Thaïs

Fou-nan et Chen-la
Au IIIe siècle, une puissance maritime connue seulement par le nom que lui donnent les textes chinois, le Fou-nan, dont le centre économique était situé dans l'actuelle région d'Oc-Eo dans le sud du Viêt Nam, contrôle le sud du Viêt Nam, la basse vallée du fleuve Chao Phraya et le nord de la péninsule malaise. La description qu'en donne le compte-rendu d'une mission chinoise venue entre 245 et 250, qui les décrits comme "tous laids et noirs avec des cheveux frisés, allant nus et nu-pied", on pense que les habitants du Fou-nan était ethniquement khmer.

À la fin du Ve siècle apparaît, dans le sud de l'actuel Laos, une nouvelle puissance, agraire celle-ci, et également connue seulement par son nom chinois : le Chen-la. Ce royaume s'étend bientôt sur le nord du Cambodge actuel et le nord-est de ce qui est maintenant la Thaïlande, et finit par annexer le Fou-nan. On considère que le Chen-la est l'ancêtre du Cambodge.

Cette vaste région (équivalent de l'indochine moins le Dai-Viet) était connue par les étrangers comme le Sovannaphum ou le Sovarnabhumi.

Les Môns
Entre les VIe et IXe siècle, la civilisation qu'on appelle Dvaravati s'épanouit sur un territoire situé dans le centre de la Thaïlande (voir Indianisation de la péninsule indochinoise). Cette civilisation appartient à un peuple, les Môns, qui peuplent une région allant de la basse Birmanie au nord de la péninsule malaise. La dispersion des sites attribués au Dvaravati mène à penser que sa prospérité est liée au commerce qui sillonne l'Asie du Sud-Est continentale.

Au VIIIe ou IXe siècle, les Môns fondent sur le site de la ville actuelle de Lamphun le royaume de Haripunjaya, qui se maintien jusqu'au XIIIe siècle.

La péninsule malaise
Très tôt, la péninsule malaise s'intègre dans un réseau commercial maritime qui relie la Chine à l'Inde, qu'on appelle parfois la Route maritime de la soie. Les cités-États portuaires de la péninsule adoptent des modèles culturels et politiques indiens (voir Indianisation de l'Indonésie). Des textes chinois du IIIe siècle après J.-C. mentionnent une cité qu'ils appellent Dun-sun, située dans le nord de la péninsule, qui contrôle les deux côtes.

Plus au sud, on a trouvé, près de la ville actuelle de Chaiya, des vestiges qu'on a datés du début du Ve siècle et appartenant à une cité que les textes chinois appellent Pan-pan.

À Chaiya même, on a trouvé une inscription datée de 697 de l'ère Saka (soit 775 après J.-C.), qui proclame qu'un roi de Sriwijaya, cité-État dont l'emplacement était sur l'actuelle ville de Palembang dans le sud de l'île indonésienne de Sumatra, y a érigé un stupa.

Les Khmers
À partir du IXe siècle les Khmer, qui ont établi leur capitale à Angkor (voir Histoire du Cambodge), prennent progressivement le contrôle de l'ensemble de l'Asie du Sud-Est continentale, imposant leur domination à leurs cousins les Môns.

À cette époque, de premiers groupes de Thaïs, provenant de la Chine méridionale, commencent à s'établir dans les marches septentrionales de l'empire khmer, au nord des monts Dangrek. Pendant les XIe et XIIe siècles, l'élément thai devient dominant dans la population de la région.

Les royaumes de Sukhothaï et Lannathai (± 1238 - 1558) [modifier] Selon la tradition, les chefs de clan thaïs de Sukhothaï s'affranchissent de la suzeraineté des Khmer en 1238 et élisent un roi. Le fils de ce roi, Ramkhamhaeng, c'est-à-dire « Rama le Hardi », est connu par une inscription datée de 1292, que les Thaïs considèrent comme l'acte fondateur de leur nation. Après sa mort, le pouvoir de Sukhothai a décliné et est devenu sujet du royaume d'Ayutthaya en 1365, qui a dominé la Thaïlande méridionale et centrale jusqu’en 1700.

Beaucoup d'autres États thaïs ont coexisté avec Sukhothai, notamment le royaume de Lannathai ou de Lanna dans le nord. Cet État a émergé à la même période que Sukhothaï, mais a survécu plus longtemps. Son histoire indépendante c’est terminée en 1558, quand elle est tombée aux mains des Birmans, elle a été dominée par la Birmanie et Ayutthaya alternativement avant de tomber aux mains de l'armée du Roi siamois Taksin en 1775.

Le royaume d'Ayutthaya (1350 - 1767)
Le premier souverain d'Ayutthaya, le roi Ramathibodi I, apporte deux contributions importantes à l'histoire de la Thaïlande : l'établissement et la promotion du bouddhisme theravāda comme religion officielle, pour différencier son royaume du royaume hindou voisin d'Angkor, et la compilation du Dharmashastra, un code légal basé sur des sources hindoues et des coutumes thaïes traditionnelles. Le Dharmashastra est demeuré un instrument de la loi thaïe jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Ayutthaya a des contacts avec l'Occident, à commencer par les Portugais au XVIe siècle. Mais jusque dans les années 1800, ce sont ses relations avec les nations voisines comme l'Inde et la Chine qui sont primordiales. Ayutthaya contrôle un territoire considérable, allant des royaumes du nord de la péninsule malaise aux États du nord de la Thaïlande. Néanmoins, les Birmans, qui contrôlent le royaume de Lanna et ont également unifié leur royaume sous une dynastie puissante, lancent plusieurs tentatives d'invasion dans les années 1750 et 1760. Finalement, en 1767, les Birmans attaquent la ville d’Ayutthaya et la conquièrent. La famille royale fuit la ville où le roi meurt de faim dix jours plus tard, marquant la fin de la lignée royale d'Ayutthaya.

La période de Bangkok, Thonburi (1768-1932)
Après plus de 400 ans de puissance, en 1767, le royaume d'Ayutthaya est conquis par les armées birmanes, sa capitale incendiée et son territoire démembré. Le général Taksin parvient à réunifier le royaume du Siam à partir de sa nouvelle capitale de Thonburi et se fait proclamer roi en 1769.

Cependant, le roi Taksin est déclaré prétendument fou, dépossédé de son titre, fait prisonnier et exécuté en 1782. Le général Chakri lui succède en 1782 avec le titre de roi Rama I, premier roi de la dynastie Chakri. La même année, il fonde la nouvelle capitale de Bangkok, sur l’autre rive du fleuve Chao Phraya face à Thonburi.

Dans les années 1790, les Birmans sont défaits et chassés du Siam. Le royaume de Lannathai, appelé aussi royaume de Lanna, s'étant aussi débarrassé de l’occupation birmane, un roi d'une nouvelle dynastie y est installé dans les années 1790. Ce roi n'est en réalité qu'une marionnette du roi Chakri.

Les relations avec les Européens au XIXe siècle

Territoires perdus par le Siam, 1867-1909Après la victoire des Anglais sur le royaume birman d'Ava en 1826, les héritiers de Rama I s'inquiètent de la menace du colonialisme européen. La première reconnaissance thaïe d’une puissance coloniale dans la région est formalisée par la signature d'un traité d'amitié et de commerce avec le Royaume-Uni en 1826, le traité Burney.

En 1833, les États-Unis inaugurent des échanges diplomatiques avec le Siam, nom que le royaume porta jusqu'en 1939, et de nouveau entre 1945 et 1949. Cependant, c’est pendant les règnes du roi Chulalongkorn, et de son père le roi Mongkut que la Thaïlande a établi un rapprochement ferme avec des puissances occidentales. Les Thaïs considèrent que les qualités diplomatiques de ces monarques, ajoutées aux réformes modernes du gouvernement siamois, ont fait du Siam le seul pays en Asie du Sud-Est à éviter la colonisation.

Progressivement, au XIXe siècle, le Siam recule face à deux puissances européennes : le Royaume-Uni et la France. Ces deux puissances grignotent le Siam, à la fois territorialement sur ses marges, et sa souveraineté.

La France, en 1873 et 1883, intervient deux fois pour mettre fin au piratage des Pavillons noirs dans le Tonkin, théoriquement sous protectorat siamois. En réaction, le Siam occupe Luang Prabang en 1883, mais ne peut empêcher l’installation d’un vice-consulat français dans cette ville en 1886 (Auguste Pavie), ni l’annexion en 1888 de 72 cantons par la France.

En 1893, plusieurs incidents opposent le Siam et la France : soit celle-ci les provoque, soit elle exagère leur importance, faisant ainsi monter la pression, jusqu’à l’envoi illégal de deux canonnières à l’embouchure du fleuve Chao Phraya, dont les capitaines annoncent leur intention de remonter jusqu’à Bangkok. Le Siam se met en tort en ouvrant le feu : le casus belli est saisi par le résident français à Bangkok, Pavie. Celui-ci exige l’abandon de la rive orientale du Mékong ; un blocus est mis en place à l’embouchure du Chao Phraya. Le Siam cède, et la France ajoute à ses exigences une zone démilitarisée large de 25 km le long de la rive occidentale du Mékong, plus les provinces de Battambang et de Siam Reap. La ville de Chanthaburi est occupée par une garnison française (traité signé le 3 octobre 1893).

Le 13 février 1904, la France annexe Luang Prabang et Champassak.

Du côté anglais, des provinces sont réunies à la Birmanie. Le chemin de fer vers Singapour est concédé en exclusivité à une société britannique. Le Royaume-Uni obtient de plus l’assurance qu’aucun canal ne sera percé dans l’isthme de Kra.

Le traité anglo-siamois de 1909 établit la frontière moderne entre le Siam et la Malaisie britannique. Le Siam doit céder à l’Angleterre les états malais de Kedah, Kelantan, Perlis et Terengganu, jusque là ses vassaux et qui deviennent protectorats britanniques. La suzeraineté thaïe est maintenue sur le royaume de Patani (divisé depuis pour donner les provinces de Pattani, Yala, Narathiwat) et le district de Setul, détaché du Kedah (et devenu depuis la province de Satun).

Une série de traités avec la France a fixé la frontière orientale présente du pays avec le Laos et le Cambodge, le Siam plus tôt avait fait des réclamations et dans une certaine mesure contrôlé ces deux territoires.

Au total, le Siam a perdu 456 000 km² durant le règne de Chulalongkorn.

Le Siam (Thaïlande) et la Première Guerre mondiale
Lorsque Président des Etats-Unis Woodrow Wilson déclara la guerre à l'Allemagne en avril 1917, il était clair que l’entrée en guerre des Américains,au côté de l’Entente, défavorisait les puissances centrales (Allemagne,Autriche-Hongrie, Empire ottoman et la Bulgarie).

Restant à l'écart du conflit et l’observant,le roi Vajiravudh (Rama VI) examina les opportunités que celui-ci lui offrait. Bien que le Siam soit resté neutre depuis le dèbut de la Première Guerre mondiale en août 1914 et que le pays jouisse de relations amicales avec l'Allemagne,Rama VI trouva des avantages à lier son sort à celui des puissances alliées.

Le monarque était convaincu que la participation du Siam serait “une excellente occasion pour nous d'obtenir l'égalité avec les autres nations”,le Siam ayant souffert des visées impérialistes tant de la part des Britanniques ( cession de quatre provinces du sud 1889 et 1909 ) et que la part des Français avec la perte du Laos et du Cambodge.

En outre, le Siam ayant été contraint d'accepter des droits d’extraterritorialité pour les citoyens de pays comme la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis,le Roi Rama VI espérait que la participation siamoise à la guerre permettrait une révision de ces traités inégaux.

Par consèquent, le 22 Juillet 1917, malgré les réticences de certains membres du gouvernement royal,le roi Vajiravudh (Rama VI) déclara la guerre à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie,le Siam saisissant immédiatement et, plus tard, concervant à titre de dommages de guerre pas moins de 11 navires appartenant à la compagnie “North German Lloyd” (LGN).

-Bangkapong , construit en 1903,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Han Thale (455 tonneaux) -Chantaboon ,construit en 1908,saisi par le Siam en 1917 (421 tonneaux) -Chiengmai (2) ,construit en 1907,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Doen Samudi.(1815 tonneaux) -Deli ,construit en 1900,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Den Samud.(1394 tonneaux) -Kohsichang , construit en 1894,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Sri Samud (2043 tonneaux) -Menam (2) ,construit en 1906,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Thon Thale. (464 tonneaux) -Patani (2) ,construit en 1907,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Thong Samudi. (1819 tonneaux) -Patriu ,construit en 1903,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Leu Thale. (445 tonneaux) -Petchaburi ,construit en 1906,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Kaeo Samud. (2191 tonneaux) -Samsen ,construit en 1902,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Pin Samud.(1632 tonneaux) -Pitsanulok ,construit en 1901,saisi par le Siam en 1917 rebaptisé Phan Samudh.2019 tonneaux).

Le Siam envoya une petite force expéditionnaire,sous le commandement du général Phya Pijaijarnrit (par la suite promu au grade de lieutenant-général et connu sous le nom de Phya Devahastin).Composée de 1284 volontaires ,comportant un contingent de l'armée de l’Air,elle devait servir avec les Britanniques et les forces françaises sur le front occidental.Les Siamois arrivèrent en 1918 et le personnel de l’armée l'Air commença à se former dans les écoles française de pilotage d’Avord et de Istres.Plus de 95 hommes furent brevetés pilotes et certains furent envoyés à l'École de bombardement du Crotoy, à l'école de reconnaissance de Chapelle-la-Reine, à l'école de tir de Biscarosse, et à l’école de chasse de Poix. Selon certaines sources, les pilotes effectuèrent leurs premières sorties dans les dernières semaines de la guerre, bien que d'autres soutiennent que les Siamois ont terminé leur formation trop tard pour y participer.

Il existait également une unité médicale comprennant des infirmiéres et elles furent,selon des sources thailandaises,les seules femmes à servir dans les tranchées du front occidental.

Le contingent siamois participa au défilé de la Victoire à Paris le 14 Juillet 1919 et fut de retour au Siam le 21 Septembre 1919. Un mémorial fut érigé en l'honneur du corps expéditionnaire et se trouve à Bangkok sur Sanam Luang (à l’angle près du musée national).Y figurent les noms des 19 soldats tués sur le front occidental.Un mémorial individuel existe aussi dans l’enceinte du poste de police de Den Chai (province de Phrae ).

Le Siam a également participé à la Conférence de paix de Versailles (les articles 135, 136 et 137 du traité de Versailles sont consacrés au Siam ).

DROITS ET INTERETS ALLEMANDS OUTRE-MER- SECTION III -LE SIAM

Article 135 L'Allemagne reconnait que tous les traités, conventions et accords entre elle et le Siam, ainsi que tous les droits, titre et privilèges dérivés de là, y compris toutes les droits de juridiction extraterritoriale, ont pris à compter du 22 juillet 1917.

Article 136 Toutes les marchandises et biens situés au Siam appartenant à l'empire allemand ou autre état allemand, excepté les lieux utilisés en tant que résidences ou bureaux diplomatiques ou consulaires, passent dès à présent et sans compensation au gouvernement siamois. Les marchandises, les biens et les droits privés des ressortissants allemands au Siam seront traités selon les dispositions de la partie X (clauses économiques) du présent Traité .

Article 137 L'Allemagne renonce à toutes réclamations contre le gouvernement siamois en son nom ou celui ses ressortissants, réclamations concernant la saisie ou la condamnation des bateaux allemands,la liquidation des propriétés allemandes, ou l'internement des ressortissants allemands au Siam. Cette disposition n'affectera pas les droits des parties intéressées quant au montant de l’indemnisation d'une telle liquidation, montant qui sera régi par les dispositions de la partie X (clauses économiques) du présent Traité .

En Janvier 1920 ,le Siam devint un des membres fondateurs de la Société Des Nations.

Le 1er Septembre 1920,la décision du roi Vajiravudh d'entrer en guerre fut justifiée lorsque les Etats-Unis abandonnèrent leurs droits d’extraterritorialité.Après cinq années de négociations ,La France, a renoncé à ces mêmes droits (février 1925) , alors que la Grande-Bretagne signait un traité dans le même sens en Juillet la même année.

La dictature militaire et la Seconde Guerre mondiale [modifier] Le coup d'état du 24 juin 1932 au Siam est une transition sans effusion de sang d'une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Parmi les conspirateurs se trouve le lieutenant-colonel Plaek Phibunsongkhram, plus connu sous le nom de Phibun.

En 1938 Phibun, qui a maintenant le grade de major-général, devient premier ministre. C'est un admirateur de Mussolini. Il fait arrêter 40 opposants politiques en 1939, monarchistes aussi bien que démocrates. Après une parodie de procès, 18 d'entre eux sont exécutés. Phibun change le nom du pays, qui de Siam devient Prathet Thai, "pays des Thaïs" ou Thaïlande. Ce nom sous-entendait une unité de tous les peuples de langue thaï, ce qui incluait les Lao du laos et les Shan de Birmanie, mais excluait les Chinois. Le slogan du régime est d'ailleurs la "Thaïlande aux Thais". Un autre argument est étymologique, le mot thai signifiant également "libre". Le nom de Prathet Thai est d'abord employé non officiellement entre 1939 et 1945 puis déclaré officiel le 11 mai 1949.

En 1940, profitant de l’affaiblissement de la France après la défaite de juin devant les Allemands, la Thaïlande attaque l’Indochine française. La guerre franco-thaïlandaise dure quelques mois, et se conclut par l'annexion de quelques provinces par la Thaïlande, notamment grace a l'arbitrage de l'Empire du Japon, soucieux de se ménager un allié en Extrême-Orient.

Le 8 décembre 1941, c'est-à-dire le lendemain de l'attaque sur Pearl Harbor, la 25ème armée japonaise envahit le sud de la Malaisie, alors sous protectorat britannique, et le nord de la Thaïlande par un assaut amphibie. Le Quartier général impérial signe un "traité d'amitié" avec le gouvernement thaïlandais et le force à lui laisser l'usage de ses bases militaires pour l'invasion des autres pays d'Asie du Sud-Est. Le 22 janvier 1942, 55ème division japonaise lance depuis Rahaeng en Thaïlande (province de Pathum Thani) une attaque sur la Birmanie à travers le col de Kawkareik en pays karen. La 17ème division indienne de l'armée britannique, qui gardait le secteur, formée à la hâte et mal entraînée, doit battre en retraite vers l'ouest.

En accord avec l'alliance militaire entre la Thaïlande et le Japon signée le 21 décember 1941. Le 25 janvier 1942, la Thaïlande déclare la guerre aux Etats-Unis et au Royaume Uni. Des éléments de l'armée thaïlandaise franchissent la frontière et pénètre dans l'état Shan (dont les habitants sont de langue de la même famille que le thaï) en Birmanie le 10 mai 1942. Trois divisions d'infanterie et une division de cavalerie, précédées de groupes de reconnaissance et soutenues par l'aviation, entrent en contact avec la 93ème division chinoise, qui doit battre en retraite. Kengtung est prise le 27 mai. De nouvelles offensives repoussent les troupes chinoises au Yunnan dans le sud de la Chine.

En août 1943, les Alliés créent le South East Asia Command (SEAC) dans le but de coordonner leurs différentes troupes présentes sur le théâtre d'Asie du Sud-Est. La première zone d'opération pour les forces terrestres du SEAC est constituée par l'Inde, la Birmanie, Ceylan, la Malaisie, Sumatra (dans l'actuelle Indonésie) et la Thailande.

Avec les revers successifs du Japon, Phibun est contraint de démissionner. A la fin de la guerre, les Alliés le jugent pour crimes de guerre et collaboration avec l'ennemi. Mais une opinion publique qui lui est favorable amène à l'arrêt des poursuites.

Après la Seconde Guerre Mondiale
En novembre 1947, des unités de l'armée contrôlées par Phibun forcent le gouvernement à démissionner. Phibun redevient premier ministre en avril 1948. Cette fois-ci, son régime adopte une façade démocratique. Il reçoit de l'aide des Etats-Unis lorsque la Thaïlande participe à la force multinationale des Nations Unies lors de la guerre de Corée.

Phibun renoue avec sa politique anti-chinoise des années 1930. Son gouvernement arrête l'immigration chinoise et prend diverses mesures pour restreindre la domination économique des Chinois en Thaïlande. Les écoles et associations chinoises sont de nouveau interdites.

En 1951, alors qu'il assiste à une cérémonie à bord du USS Manhattan de la marine américaine, Phibun est pris en otage par un groupe d'officiers de la marine thaïlandaise. Des combats éclatent dans les rues de Bangkok entre la marine et l'armée de terre, cette dernière étant soutenue par l'armée de l'air. Phibun réussit à s'échapper. Les marins déposent les armes.

La Thaïlande devient un allié officiel des Etats-Unis avec la signature de l'Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est (SEATO dans son sigle anglais) en 1954. Durant la guerre d'Indochine, elle reste néanmoins à l'écart.

En 1957, le maréchal Sarit Dhanaraj(=Thanarat) prend le pouvoir et force Phibun à s'exiler au Japon. Ce dernier y demeurera jusqu'à sa mort en 1964.

La Thaïlande passe un accord secret avec les Etats-Unis en 1961. Elle envoie des troupes au Viêtnam et au Laos et autorise les Etats-Unis à installer des bases aériennes dans l'est du pays, d'où décollent les bombardiers B-52 qui pilonnent le Nord Viêtnam.

1973 et après : un début de démocratie
L'histoire de la Thaïlande depuis 1973 a été une suite de transitions difficiles et parfois sanglantes entre le pouvoir militaire et civil. La révolution de 1973 a été suivi d’une brève et instable démocratie suivi du retour à un régime militaire porté au pouvoir par un coup d’état en 1976. Ce régime militaire a été très instable du aux multiples coups d’état. Au cours de la plus grande partie des années 80, le général Prem Tinsulanonda a régné sur la Thaïlande à la tête du régime militaire, et ce, avec un mandat démocratique à partir de 1983. Par la suite, le pays est demeuré une démocratie mise à part une brève période sous un régime militaire de 1991 à 1992. Le parti Thai Rak Thai (Thaï aime les Thaïs) mené par le premier ministre Thaksin Shinawatra gouverna à partir de 2001, jusqu'à ce qu'un nouveau coup d'état éclate en 2006.

Révolution

Le monument de la Démocratie à Bangkok, construit en 1940 pour commémorer la chute de la Monarchie absolue en 1932, a été la scène de manifestations massives en 1973, 1976 et 1992.En octobre 1973 des manifestations massives ont été tenues à Bangkok, exigeant la fin du régime militaire. Le général Thanom Kittikachorn a répondu avec force, et jusqu'à 70 manifestants ont été tués dans les rues, du jamais vu en Thaïlande. Cette intervention violente du régime militaire a incité le roi Rama IX à faire sa première intervention dans la politique thaïlandaise en retirant son appui au régime militaire, et le 14 octobre 1973, le général Thanom Kittikachorn a démissionné et a quitté le pays.

Les événements d'octobre 1973 se sont relevés être une révolution dans la politique thaïe. Pour la première fois, la bourgeoisie urbaine, menée par les étudiants, avait défait les forces combinées de la vieille classe régnante et de l'armée et gagné la bénédiction apparente du Roi pour une transition à la pleine démocratie, symbolisée par une nouvelle constitution qui prévoit une législature entièrement élue.

Malheureusement, la Thaïlande n'avait pas encore produit une classe politique en mesure de faire fonctionner cette nouvelle démocratie sans à-coup. Les élections de janvier 1975 n'ont pas produit une majorité stable, et une nouvelle élection en avril 1976 a donné les mêmes résultats. Le politicien-vétéran Seni Pramoj et son frère Kukrit Pramoj se sont alterné au pouvoir, mais n’ont pas été en mesure de créer une réforme cohérente du système politique. La forte hausse des prix du pétrole en 1974 a mené à une récession et à l'inflation, affaiblissant la position du gouvernement. Le geste politique le plus populaire du gouvernement démocratique a été de fixer le retrait des forces américaines de Thaïlande.

La sagesse de ce geste a été bientôt remise en cause, quand les communistes victorieux ont pris le pouvoir au Vietnam, au Laos et au Cambodge en avril puis mai 1975. L'arrivée des régimes communistes aux frontières de la Thaïlande, l'abolition de 600 ans de monarchie laotienne et l'arrivée d'une pléthore de réfugiés du Laos et du Cambodge, a tourné l'opinion publique de la Thaïlande à nouveau vers la droite et les conservateurs ont fait bien mieux aux élections de 1976 qu'elles avaient fait en 1975. L'aile gauche du mouvement étudiant n'a pas accepté cette victoire et a continué à manifester pour des changements radicaux.

Régime militaire
À la fin de 1976, l'opinion de la bourgeoisie modérée a tourné le dos au radicalisme de plus en plus militant des étudiants basé à l'université Thammasat. L'armée et les parties de droite ont lutté contre les radicaux de gauche avec des groupes paramilitaires tels que les « Village Scouts » et le « Red Gaurs ». L'exemple s’est présenté en octobre quand Thanom est revenu en Thaïlande pour entrer au monastère. Des manifestations violentes d'étudiants se sont heurtées à des contre-manifestants dans la violence. Le 6 octobre 1976, l'armée a lâché les paramilitaires sur les manifestants, et a utilisé cette orgie de violence, dans laquelle des centaines d'étudiants ont été torturées et tuées, pour suspendre la constitution et reprendre le pouvoir. A partir de cette date, de nombreux gauchistes prennent le maquis pour rejoindre le PCT (parti communiste thaïlandais) d'obédience maoiste.

Élections et coups d'état
Le 19 septembre 2006, profitant de la présence à New York du Premier ministre Thaksin Shinawatra, une partie des forces armées organise un coup d'État et prend le pouvoir (voir l'article détaillé). Le chef de l'armée, le général Sonthi Boonyaratglin, 59 ans, premier musulman à occuper ce poste dans le royaume bouddhiste, a pris la tête d'un Conseil pour la réforme démocratique formé des commandants des trois armes et de la police, qui a abrogé la Constitution, décrété une loi martiale aux contours mal définis, dissous le gouvernement et pris tous les pouvoirs. Les élections législatives ont eu lieu le 23 décembre 2007...

licence GFDL - Auteurs - location voilier thailande

Géographie

La Thaïlande est située en Asie du Sud-Est au bord du mer d'Andaman et du Golfe de Thaïlande au sud-est de la Birmanie. Sa situation centrale, contrôlant la seule route terrestre vers la Malaisie et Singapour, a largement influencé son développement et son histoire.

Relief
Le relief de la Thaïlande est caractérisé par de hautes montagnes, une plaine centrale et un haut plateau. Les montagnes couvrent la plus grande partie du nord du pays et longent la frontière birmane à travers l’isthme de Kra et la péninsule Malaise. La plaine du centre constitue le bassin du Ménam Chao Phraya et de ses affluents, qui se jette dans la baie de Bangkok, au nord du golfe de Thaïlande. À lui seul, le Chao Phraya draine un tiers du territoire thaïlandais. Au nord-est, le Mun draine le plateau du Khorat avant de se jeter dans le Mékong. À eux deux, les systèmes du Chao Phraya et du Mékong constituent la base de l’économie agricole du pays en fournissant des terres gorgées d’eau, propices à la riziculture, ainsi que des voies navigables permettant le transport de personnes comme de marchandises.

Climat
Le climat de la Thaïlande est tropical dominé par la mousson. Les températures varient de 19° à 38° C en moyenne. La mousson de sud-ouest, qui s’installe entre mai et juin, annonce le début de la saison des pluies, qui dure jusqu’en octobre. La saison sèche est plus courte au sud en raison de la proximité de la mer. Les précipitations varient sensiblement d’une région à l’autre selon la latitude et le relief, mais les zones désertiques sont exceptionnelles. Le nord-est, avec une saison sèche plus longue et surtout un sol de latérite qui ne retient guère l’eau, a un potentiel agricole plus limité que le reste du pays.

Ressources et exploitation du sol
Étain, caoutchouc, gaz naturel, tungstène, tantale, bois, plomb, gypse, lignite, fluorine, poisson.

Exploitation du sol
terres arables : 34%
cultures permanentes : 6%
pâturages permanents : 26%
forêts : 26%
terre irriguées : 44 000 km²
Environnement
Problèmes environnementaux : déforestation, érosion, pollution de l’eau par l’industrie, plusieurs espèces animales en danger à cause du braconnage.

Traités internationaux sur l’environnement :

partie à : changements climatiques, espèces en danger, préservation de la vie marine, interdiction des essais nucléaires, protection de la couche d’ozone, bois tropical 83, bois tropical 94, zones humides signés, mais non ratifié : biodiversité, changements climatiques, droit de la mer.

licence GFDL - Auteurs - location voilier thailande

Economie

Industries et mines
Près de 14 % de la population active travaille dans le secteur de l'industrie, pour la transformation alimentaire (riz et sucre), les industries du textile, l'habillement et l'électronique qui sont les activités dominantes. Ensuite vient les véhicules motorisés, le ciment, les cigarettes ainsi que divers produits chimiques et pétroliers. Depuis une petite dizaine d'années et de plus en plus de nos jours viennent s'installer des industries fabricant des ordinateurs et des composants électroniques.

La production annuelle d'électricité s'élevait à 90,91 milliards de kilowattheures (en 2001 contre 3 milliards en 1968), provenant pour l'essentiel de centrales thermiques alimentées par le charbon local. Depuis peu la Thaïlande n'importe plus son pétrole ayant découvert plusieurs gisements sur son territoire, elle en produit 173 800 barils/jours (en 2001), ainsi que 18,73 milliards de m3 de gaz naturel.

La Thaïlande était l'un des principaux producteurs d'étain (21 000 tonnes en 1984). Les cours de ce métal ayant chuté des deux tiers au début des années 80 la production thaïlandaise ne dépassait pas 4 700 tonnes en 1993. La principale production minière est maintenant le lignite (156 millions de tonnes), à quoi s'ajoutent le gypse, le zinc, le tungstène, l'antimoine, le manganèse et le plomb.

Agriculture
L'agriculture est le principal secteur économique de la Thaïlande employant 59 % de la population active. La Thaïlande est le premier exportateur mondial et l'un des premiers producteurs de riz, bien que le rendement par hectare soit faible. À la fin des années 1980, la production annuelle de riz s'élevait approximativement à 20,8 millions de tonnes, soit une hausse annuelle de quelque 11,3 millions de tonnes par rapport aux années 1960. Le caoutchouc, qui provient principalement des plantations de la péninsule malaise, est la seconde grande production du pays (la Thaïlande est aussi le premier exportateur mondial de caoutchouc), en effet fin 80, sa production annuelle s'élevait à environ 860 000 tonnes. Les Thaïlandais cultivent également le coton, le maïs, le sorgho, la canne à sucre, le tabac, le café, la noix de coco, le manioc, et le kenaf, qui est une fibre servant à la fabrication de la toile. L'élevage se compose de buffles (plus de 6 millions), de bovins (5 millions) et de porcs 4,3 millions .

Le produit le plus précieux que l'on trouve dans les forêts (couvrant environ 28 % du territoire thaïlandais) est un bois dur, le teck. , En 1992,la production annuelle de bois s'élevait à 37,6 millions m3, mais le pouvoir réduit sensiblement les exportations car la forêt a été surexploitée.

La prise annuelle de crevettes, poissons et crustacés (atteignant 3,3 millions de tonnes en 1993) n'est pas un secteur négligeable de l'économie thaïlandaise. La crevetticulture commerciale marche bien : dans tout le pays, plus de 30 000 élevages ont produit environ 280 000 tonnes de crevettes en 2006 et les exportations vers l'Europe, le Japon et les États-Unis ont rapporté plus de 2 milliards de dollars.

Agriculture : maïs, canne à sucre, ananas, caoutchouc, manioc, soja, tabac, durians, riz. Horticulture : orchidées (considérée comme l'emblème de la Thaïlande).

Échanges

Commerce extérieur
L'économie thaïlandaise repose en grande partie sur les exportations. Les statistiques montrent que les exportations représentaient en moyenne 69,4% du PIB en 2006 et 2007, contre une moyenne de 23% de 1980 à 1986. Le secteur agricole représente actuellement 8,8% du PIB comparativement à 18% entre 1980 et 1986.

Les échanges culturels
Bangkok est riche de plus de vingt quotidiens, dont huit en langues étrangères (deux en anglais et six en chinois), tirés à plus de 2,5 millions d'exemplaires.

La monnaie thaïlandaise est le baht, divisé en 100 satang (au 9 février 2007, le baht vaut environ 0,023 euros), monnaie émise par la Banque de Thaïlande existant depuis 1945. Le pays compte en plus de nombreuses banques commerciales ainsi que plusieurs banques étrangères.

Transports
Le réseau ferroviaire thaïlandais: comptant environ 4 071 km de voies ferrées, appartient et est géré par l'État. Le réseau fluvial: grâce au Menam Chao Phraya qui est navigable sur plus de 80 km à partir de son embouchure et constitue une importante voie navigable intérieure, offrant des passages sur prés de 4 000 km de voies fluviales. Le réseau routier: amélioré dans les années 1970 il couvre à l'heure actuelle près de 70 000 km de routes. Le réseau aérien: couvert par la compagnie aérienne Thaï Airways , et des compagnies locales, propose des vols intérieurs et longs-courriers. Le port de Bangkok, qui est l'un des plus modernes de toute l'Asie du Sud-Est.

licence GFDL - Auteurs - location voilier thailande

Culture

La culture thaïlandaise, influencée par le bouddhisme et l'hindouisme, est très ancienne. Elle partage de nombreux points communs avec celle des pays voisins (Laos, Cambodge et Myanmar). L'afflux répété des immigrants chinois a également eu une grande influence.

Arts
L'art visuel Thaï a été influencé par le Bouddhisme. L'art contemporain combine toujours à la fois des éléments traditionnels et des techniques modernes.

La littérature thaïlandaise est influencée par la culture indienne. Il est notable qu'elle possède la version Ramayana de l'Inde appelée le Ramakien, écrit par les roi Rama I et Rama II, et aussi le grand poète thaïlandais Sunthorn Phu.

Le théâtre thaïlandais est différent de celui des autres pays car le rôle de la danse thaïe y est primordial. Il est divisé en trois types : Khon, Lakhon et Likay, ce dernier étant la forme la plus populaire.

Religions
95% des Thaïlandais sont bouddhistes, 4.6% des musulmans, 0.7% des chrétiens et le reste de diverses religions [1]. Le lieu de pèlerinage brahmaniste joue un rôle important dans la religion traditionnelle Thaïe, influencé par l'Inde.

Coutumes
Une des coutumes thaïes est le « Wai », geste de salutation très semblable au Namaste des Indiens. Utilisé pour le bonjour, l'adieu, il apparait sous différents styles qui ont tous la même signification : normalement un thaï fait une «révérence» avec les mains comme geste de prière.

Les démonstrations d'affection en public sont courante entre amis mais très peu entre homme et femme. Par conséquence, il est très rare de voir des couples s'embrassant ou se tenant les mains.

Toucher la tête de quelqu'un ou placer le pied au niveau de la tête de quelqu'un est considéré comme impoli. En effet, les thaïlandais considèrent que le pied est une partie sale et grossière du corps, alors que la tête est une partie noble et élevée. Cela a influencé la manière de s'asseoir des thaïs ; les pieds sont disposés sur le côté du corps, un peu cachés, en évitant de les montrer aux autres. Montrer ou toucher les choses avec le pied est considéré comme une action vulgaire.

Il est ainsi considéré comme extrêmement impoli de poser le pied sur les monnaies thaies, parce qu'on y voit l'image de la tête du roi. Semblablement, au temple, il faut éviter de montrer le pied devant le Bouddha.

Offrande à un bonzeL'usage veut aussi que les thaïlandais ôtent leurs chaussures avant d'entrer dans une maison et franchissent le seuil sans y poser le pied.

De nombreuses coutumes thaïes sont liées à la position des moines dans la société. Ceux-ci ne doivent pas entrer en contact physique avec une femme. Pour leur faire des offrandes, celles-ci placent leurs dons directement dans leur bol, à leurs pieds ou sur un tissu placé sur une table ou par terre. Dans les temples, les moines vont s'asseoir sur la plate-forme la plus élevée.

Cuisine

Curry rouge thaï Article détaillé : Cuisine thaïlandaise.
La cuisine Thaïlandaise mélange de nombreuses saveurs :

sucré : du sucre, des fruits, des poivrons
épicé : des piments
aigre : du vinaigre, des citrons, des tamarins
salé : de la sauce de soja, de la sauce de poisson

Mariage
Le mariage thaï est une cérémonie religieuse. Les couples demandent la bénédiction des moines au temple local avant de se marier. Généralement, ils demandent aux moines leur horoscope et le jour propice au mariage.

Le mariage traditionnel thaï débute par la révérence du couple devant une image de Bouddha. Ils récitent en même temps les chants de la prière bouddhiste, avant d'allumer de l'encens et des bougies devant l'image. Les parents des futurs mariés les unissent alors en plaçant sur la tête de chacun d'eux un cordon en forme de couronne reliée entre elles, pour symboliser le lien qui les unit. Le couple va ensuite offrir de la nourriture, des fleurs et des médicaments aux moines. De l'argent peut aussi être offert au temple.

Les moines commencent la prière en Pâli, avec l'intention de transmettre les aumônes et la bénédiction au couple en utilisant le cordon. Plus tard, le moine dirigeant va connecter celui ci au récipient d'eau pour le sanctifier. Cette manière de transmettre l'aumône via le cordon jusqu'à l'eau sanctifiée, est également utilisé pour le transmettre aux morts.

Le principe de la dot thaïe est connu sous le nom de « Sin Sodt » : Traditionnellement, l'homme paye une certaine somme à la famille de son épouse afin de compenser son départ du cercle familial. De cette manière, il lui prouve aussi qu‘il est capable d'entretenir financièrement leur fille.

Aujourd'hui, il existe aussi le mariage moderne, influencé par la culture occidentale. Il est accompagné d'une fête dans un hôtel, à la maison ou ailleurs. La nuit, après la fête, le couple est envoyé par ses parents, ses amis et ses proches dans une chambre d'hôtel ou dans sa nouvelle maison : il y trouve un lit décoré avec des pétales des roses et de petites choses romantiques pour sa nuit de noce.

Fêtes

Loy Krathong à Nan, nov. 2007Les fêtes les plus importantes sont célébrées au Nouvel an Thaï ou Songkran, du 13 au 15 avril. C'est le commencement de l'été en Thaïlande. Un rituel important de la célébration est le fait de jeter de l'eau. L'eau qu'on jette contient de l'eau ayant servi au nettoyage des bouddhas ; on asperge également de l'eau parfumée sur les mains des plus âgés. Une petite quantité de poudre parfumée à base de talc est utilisée pour la fête. Aujourd'hui, la fête de l'eau a intensifié l'utilisation des tuyaux, des tonneaux, des pistolets à eau pour les enfants et aussi des quantités de poudre.

Une autre fête est Loy Krathong, qui a lieu au 12e jour du calendrier lunaire thaï, souvent en novembre. Loy signifie flotter, Krathong est un petit radeau traditionnel qui est fait d'un morceau de bananier décoré de feuilles de bananier, de fleurs, de bougies, d'encens etc. On lance un petit radeau pour se débarrasser de ses mélancolies, de ses malheurs, de ses soucis, avant de commencer une nouvelle vie.

licence GFDL - Auteurs - location voilier thailande

Replier
Lire la suite