Obtenez un devis gratuit

 

Drôle de guerre, drôle d’histoire.

 

Tout va bien sous le soleil du commerce maritime

 

En Occident, la révolution industrielle du XIXe reste dans l’Histoire l’un des axes fondamentaux de l’évolution de l’homme et des techniques. Enclenchée en Angleterre au tournant 1770-1780, cet événement provoque une mutation rapide de la société européenne jusque dans ses moindres aspects. Un dynamisme économique jamais égalé jusqu’alors provoque le développement fulgurant de réseaux de communications sur terre comme sur mer. Le nombre de compagnies maritimes explose et celui des prouesses aussi ! En 1838, le premier navire transatlantique de transport de fret à vapeur, le Sirius, relie Cork et New York en 14 jours. Le premier âge d’or du commerce maritime (1897-1914) fait la fortune de ceux qui ont la fibre marchande et trace dans les océans pléthore d’axes de communication.

 

sms cap trafalgar
Le SMS Cap Trafalgar, navire marchand allemand

 

Tout change en temps de guerre...

 

Selon la logique chinoise du yin et du yang, toute réalité a deux états, à la fois complémentaires et opposés : au flanc nord sombre et froid d’une montagne répond son flanc sud, chaud et ensoleillé. Connaisseurs ou non de cette loi naturelle extrême-orientale, les armateurs prospères du début du XXe siècle en feront les frais. D’abord parce que la révolution industrielle qui leur a été si bénéfique finit par aboutir en 1914 à une guerre technologique et effroyablement meurtrière, la première du genre, et ensuite parce que les États impliqués dans ce conflit mondial s’ingèreront dans leur milieu pour utiliser à des fins stratégiques leurs navires et les nombreuses routes commerciales ouvertes au XIXe. Dès le début de la guerre, la marine marchande doit pallier au manque de bateaux des États belligérants, fondamentaux pour des questions militaires ou d’approvisionnement. En France, en Angleterre ou en Allemagne, des paquebots sont ainsi réquisitionnés et transformés en croiseurs auxiliaires.

 

bataille navale trindade
Affrontement naval au large de Trindade

 

Dupond et Dupont...

 

La compagnie allemande Hamburg Süd confie ainsi à la marine de l’empereur Guillaume II son paquebot SMS Cap Trafalgar qui connaîtra une destinée bien curieuse. En septembre 1914, il charge du charbon à Montevideo et se rend sur l’île brésilienne de Trindade et Martin Vaz en Atlantique sud. Converti en croiseur auxiliaire à l’image d’un paquebot anglais devenu lui-même croiseur (le HMS Carmania), le SMS Cap Trafalgar « déguisé » a pour mission d’attaquer les bateaux marchands britanniques (une peinture reproduite sur le site du Royal Museums Greenwich montre toutefois que le faux Carmania n’est pas une copie exacte du vrai). Le 14 septembre 1914, le vrai HMS Carmania, armé à des fins de protection du commerce, se rend à Trindade, les Britanniques soupçonnant ce lieu d'être utilisé par des pillards allemands de charbon. Ces bateaux jumeaux commencent alors un étrange combat, Dupond D contre Dupont T. Le vainqueur ? Le HMS Carmania. Le SMS Cap Trafalgar, lui, gît au fond des eaux, vêtu de son costume de carnaval...

 

Article rédigé par Véronique Michel
Redactrice-Veronique-Michel

Diplômée de l’Ecole du Louvre et titulaire de l'agrément de conférencier du Ministère du Tourisme et de la Culture, elle a travaillé pendant dix ans pour la galerie parisienne Marwan Hoss. Installée en Espagne depuis 1997, elle est chargée de conférences en Histoire des arts, cultures et religions du monde à l’Institut Français de Barcelone.

 

 
 


Si vous avez une idée d'article, contactez mickael@filovent.com

Besoin d’un conseil ?
Franklin expert de vos croisières
Le prénom est requis
Le nom est requis
L'adresse mail est requise
Le Numero de téléphone est requis
Avec Franklin expert de vos croisières

Connectez-vous pour recevoir votre croisière personnalisée

Email invalide
Mot de passe oublié ? Mot de passe invalide, il faut au moins 8 caractères. Adresse mail ou mot de pass invalide Nous rencontrons un problème technique, merci d'essayer plus tard