LE CITRON, OUTIL DE CONQUÊTE MARITIME ?

 

Le scorbut, la maladie mortelle du marin

 

Le scorbut, maladie due à une carence en vitamine C, décima jusqu’au XVIIIe siècle les équipages au long cours avec un taux de mortalité oscillant entre 50 et 80 %. Ce désastre sanitaire ne manqua pas de faire réfléchir nombre de scientifiques sans qu’ils ne parviennent à en comprendre les mécanismes. Pendant longtemps, personne n’eut idée de faire le lien entre la privation de fruits et légumes frais, caractéristique de l’alimentation des marins, et cette « peste des mers ». Du temps du cabotage, le ravitaillement régulier en produits frais limitait l’épidémie, mais à partir des grandes explorations maritimes du XVe siècle, le problème prit une ampleur dramatique.

 

Scorbut
James Lind

 

Un citron pressé et tout va mieux

 

Tout change au XVIIIe siècle en Angleterre lorsque James Lind (1716-1794), médecin écossais au service de la Royal Navy, décide de prendre l’affaire au sérieux. Il écrit : "On suppose ordinairement que les armées perdent plus de soldats par les maladies que par les armes. Cette supposition a été vérifiée pendant la dernière guerre ; nos flottes y ont perdu plus de monde par le scorbut seul que par les armes réunies de la France et de l'Espagne ». Le 20 mai 1747, Lind embarque à bord du Salisbury et choisit 12 marins scorbutiques qu’il regroupe en 6 groupes de deux. Chacun reçoit une alimentation différente. Résultat : ceux qui avaient consommé des oranges et des citrons guérirent rapidement, les autres non.

 

Le Redoutable
Le Redoutable lors de la bataille de Trafalgar

 

Les agrumes ? Élémentaire mon cher Watson

 

En 1753, Lind publie le Traité du scorbut qui n’est certainement pas une lecture des plus exaltantes mais peu importe : boire du jus d’agrumes devient la clef de l'hégémonie maritime britannique à partir de 1795. À coup de jus de citron préventif, les marins anglais sont en pleine forme. Les autres moins. Pour eux, le constat est clair : quelle que soit la qualité du commandement, la maladie exténue et décime les équipages. Les Anglais deviennent les maîtres des océans. Aboukir et Trafalgar comptent ainsi parmi leurs plus belles victoires !

 

Article rédigé par Véronique Michel
Redactrice-Veronique-Michel

Diplômée de l’Ecole du Louvre et titulaire de l'agrément de conférencier du Ministère du Tourisme et de la Culture, elle a travaillé pendant dix ans pour la galerie parisienne Marwan Hoss. Installée en Espagne depuis 1997, elle est chargée de conférences en Histoire des arts, cultures et religions du monde à l’Institut Français de Barcelone.

 

 
 


Si vous avez une idée d'article, contactez mickael@filovent.com

Besoin d’un conseil ?
Estefania experte de vos croisières
×
×
Avec Estefania experte de vos croisières