PATINER SUR LES MERS, IMPOSSIBLE ?

 

Un projet pas si fou

 

Les romantiques en quête de sensations grisantes se sont peut-être parfois imaginés patiner sur les mers. Le bon sens semble toutefois prévaloir : à moins d’un retour peu probable d’une glaciation d’envergure, le doux rêveur doit accepter d’ajourner son projet. À moins… de se rendre en terre catalane. Dans cette région propice au grain de folie, dont Salvador Dali représente certainement l’aspect le plus original, il existe une embarcation incroyable méritant que l’on s’y intéresse : le « patí català » ou « patí de vela », un catamaran-patin à voile de 2m60, fabriqué en bois par des artisans (très) spécialisés.

 

patin catalan
Patin à voile

 

Un incroyable patin des mers

 

Le patin à voile est un bateau singulier. Dénué de bôme, de gouvernail et de dérive, il se grée rapidement mais impose des techniques de navigation très particulières. L’homme EST le gouvernail, usant de son poids et de la variation de la tension de la voile. Pour changer de cap, le skipper se déplace à la proue du bateau, s’empare du mât et contraint le voilier à virer de bord. L’enjeu est de faire corps avec l’embarcation. Seconde technique tout aussi surprenante : assis à la poupe, patin à pleine vitesse, le « barreur » met un pied dans l’eau et force le changement de cap. Le catamaran ne se laisse pas commander, il faut le convaincre.

 

Tony Blanco
Tony Blanco Casañas sur son patin Catalan

 

Une nuance poétique entre le windsurf et la voile

 

Vous l’aurez deviné, la réponse du bateau est lente mais cette navigation séduit par sa singularité. Agilité et sens de l’équilibre s’imposent. Sport très physique, le skipper use en permanence de la force de ses bras et de son corps pour faire contrepoids. Cette navigation exigeante demande intuition, compréhension du vent et de la mer pour anticiper et trouver l’équilibre entre chacun des éléments. « Patin patron ! » résument les Catalans, heureux de faire corps avec leur voilier. Une dimension affective relie les skippers et ces Stradivarius des mers. Dans une compétition, le patin est le même pour tous, la différence se joue sur les qualités d’intuition et de symbiose avec l’environnement naturel. Un défi permanent !

 

Article rédigé par Véronique Michel
Redactrice-Veronique-Michel

Diplômée de l’Ecole du Louvre et titulaire de l'agrément de conférencier du Ministère du Tourisme et de la Culture, elle a travaillé pendant dix ans pour la galerie parisienne Marwan Hoss. Installée en Espagne depuis 1997, elle est chargée de conférences en Histoire des arts, cultures et religions du monde à l’Institut Français de Barcelone.

 

 
 


Si vous avez une idée d'article, contactez mickael@filovent.com

Besoin d’un conseil ?
Marina experte de vos croisières
×
×
Avec Marina experte de vos croisières