Envie de naviguer, mais pas envie de prendre de risque : Choisissez un bateau FiloSafe 100% remboursé

Photo couverture point Nemo

Le point Nemo, le lieu le plus isolé de la planète


Avez-vous déjà entendu parler du Pôle Maritime d’Inaccessibilité ? Plus connu sous le nom de point Nemo et bien loin d’avoir un rapport avec le poisson de Disney, c’est le point le plus éloigné de toute terre à la surface du globe terrestre.

Son nom fait référence au célèbre Capitaine Nemo, héros du livre “Vingt Mille Lieues sous les mers” écrit par Jules Verne en 1870. Le mot Nemo vient du latin et signifie « personne », « nul », ce qui convient parfaitement à cette zone absolument déserte où il n’existe aucune trace de vie.


Le point Nemo, perdu au beau milieu de l'océan Pacifique

Depuis sa découverte en 1992 par un ingénieur canadien-croate, Hrvoje Lukatela, le point Nemo suscite de nombreux questionnements… La zone s’étend sur plus de 25 millions de km2, soit près de 2,5 fois la surface des États-Unis et 1,5 fois la surface de la Russie et se trouve être l'endroit le plus isolé au monde. 

On dit d’ailleurs que les humains les plus proches du point Nemo se trouvent dans l'espace, à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), qui orbite à près de 400 kilomètres au-dessus de la surface de la planète. Ainsi, pour trouver de la vie sur la terre ferme, il faut partir à plus de 2 700 kilomètres, ce qui équivaut à presque 6 jours de navigation. Les terres voisines les plus proches sont Ducie, un atoll britannique, Motu Nui, un îlot appartenant à l’archipel de l’île de Pâques et l’île Maher, mais toutes les trois sont inhabitées. Pour revenir à la civilisation, il faut donc encore naviguer quelques nœuds pour enfin arriver en Nouvelle-Zélande ou au Chili

Le point Nemo est un passage aussi mythique que redouté dans le Vendée Globe. Il suscite la crainte des marins qui le traversent car il n’y a aucune possibilité d’assistance à moins d’attendre une semaine… En effet, les navigateurs y passent avant d’arriver au célèbre Cap Horn.



Une véritable décharge d’engins spatiaux

Les agences spatiales s’en servent de « décharge », les fonds marins du point Nemo ressemble à véritable cimetière spatial… D’après les spécialistes, entre 250 et 300 engins spatiaux en fin de vie y seraient déjà. Parmi eux, la station spatiale soviétique Mir s’y est écrasée aux débuts des années 2000 ainsi que les restes de la station spatiale chinoise Tiangong-1 plus récemment.

Vous vous demandez sûrement pourquoi… Les agences spatiales ont décidé volontairement de larguer leurs appareils en fin de mission pour être sûr de ne blesser personne car en entrant dans l’atmosphère, un vaisseau spatial explose en une multitude de débris. Certains peuvent chuter à une vitesse de 27 000 km/h. Ainsi, de par sa grande superficie inhabitée, l’endroit semble être le plus propice pour accueillir ces fragments à risque, faisant du point Nemo, la zone la moins peuplée sur terre et une des plus polluées.

La faune et la flore sous l’océan ne sont pas très riches, hormis les débris de satellites, il n’y a pas grand-chose d’autre. Les profondeurs maritimes de cet endroit ressemblent à une sorte de décharge sous l’eau. Le point Nemo est défini comme le lieu le plus mort de l’océan, c’est même la région biologiquement la moins active du monde.


L’île du mystère

Très peu de scientifiques se sont déjà rendus sur le point Nemo dû à son éloignement de toute terre, cela engendrerait un budget bien trop conséquent pour l’expédition. Le point Nemo suscite donc curiosité, mythe et légende. Cependant, peu de temps après la découverte de la zone, la fiction a, comme qui dirait, bien failli rejoindre la réalité. Un bruit d’une fréquence particulière a été détecté, provenant du fond de la mer. De nombreux scientifiques se sont interrogés quant à l’origine de ce bruit.

Surnommé le « bloop » quelques années après, il a convoité la curiosité de beaucoup et nourrit les théories les plus folles… Bien que l’origine humaine, provenant d’une bombe ou d’un sous-marin et géologique, dû à un volcan ou un séisme, ont très vite été écartée, la piste de l’origine animale semblait être la plus « plausible ». Des recherches sont alors lancées afin de comparer le bruit de la baleine bleue et ce bloop mais rien n’aboutit… Les spéculations sur la découverte d’une nouvelle espèce maritime fusent mais rien n’est prouvé.

Après quelques années, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOOA), responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère déclare que l’origine du bloop serait, en réalité, dû au déplacement d’un très gros morceau d’iceberg. Malgré cela, les histoires et mystères continuent d’exister autour de ce point, perdu en plein milieu du Pacifique.


Ainsi, le point Nemo est une véritable zone de mystère tant pour les marins que pour les scientifiques. Ce cimetière d’engins spatiaux demeure aujourd’hui une problématique à la fois maritime et écologique qui suscite la curiosité de tous !

Besoin d’un Conseil ?
Marina, experte de vos croisières
Besoin d’un Conseil ?
Je souhaite recevoir les mails de Filovent et créer mon compte client


Location bateau : Quel est votre style de bateau ?