James Cook (2/3) - Terra Australis





Les préparatifs




Ayant déjà en tête un nouvel itinéraire et des idées sur la façon de protéger l’équipage contre les maladies, Cook est prêt à repartir. Ce deuxième voyage semble d’autant plus nécessaire que des initiatives de la France se manifestent vers les mers du Sud.

C'est avec le nouveau grade de commandant que James Cook se voit confier par la Royal Society la direction de cette expédition avec l’armement de 2 navires l’Adventure et la Resolution. Ces derniers, soigneusement préparés à Plymouth, sont dotés d’embarcations de secours, approvisionnés en choucroute et en vivres propres à prévenir le scorbut.

Comme toujours à l’époque, l’équipage comprenait une équipe de scientifiques mais cette fois, on renonça à Banks (cf notre dernier article James Cook - Chapitre 1) dont les besoins exprimés en serviteurs et en matériels posaient trop de problèmes.

Pour la première fois depuis l’histoire des découvertes, l’expédition reçut en garde-temps, la montre K1 de Kendall (montre de mer qui détermine la longitude), réplique de la fameuse H4 de Harrison.

Un an après son premier retour, ils partent le 13 juillet 1772 en prenant la route inverse de la précédente (ligne verte sur la carte), direction le Pacifique Sud.




Le trajet (en vert sur la carte)




Toujours dans la même perspective, Cook entendait faire le tour du Monde à la plus haute latitude possible pour vérifier l’existence d’un continent austral.

Cook et son équipage atteignent Le Cap et tracent jusqu’au 60e parallèle où ils naviguent maintenant à travers les icebergs, dans la brume, franchissant pour la 1ère fois dans l’Histoire le cercle polaire antarctique en Janvier 1773 et atteignant la latitude 71° sud, en bordure d’un champ de glace illimité.

Cook décide donc de revenir au Nord en décrivant un vaste parcours triangulaire par Tahiti et les îles Tonga, avant de rejoindre la Nouvelle Zélande (dont les billets de banque sont à son effigie).




Le retour en Angleterre



De retour à Spithead le 30 juillet 1775, Cook avait perdu seulement 4 hommes et le scorbut n’avait tué personne. Son bilan est là encore magnifique : herbiers, dessins, cartes, collections ethnographiques, et la précision inégalée de la navigation à la montre avait permis de situer très exactement les îles visitées (îles de Pâques, Marquises, Fidji, Vanuatu, Nouvelle Calédonie, …). 

 

 

En plus de son grade de capitaine de vaisseau, les lords de l’Amirauté crurent bien faire en lui offrant un poste honorifique et une retraite confortable mais c’était sans connaître Cook qui rêvait de découvrir le Pacifique Nord ...





Je demande un devis





Nos anciens articles :


Mai 2014 : Pourquoi la Bounty est-elle si célébre ?
Juin : Baleine et Méditerranée
Juin : Christophe Colomb : espagnol, portugais ou italien ?
Juillet : A l'abordage d'un sous-marin !
Juillet : Rackham le Rouge et ses deux femmes : mythe ou réalité ?
Août : Pot au Noir ou Pote au Noir ?
Août : Supersitieux, les marins ?
Sept : Qu'évoque pour vous l'île d'Elbe ?
Sept : Jobs, Stark et Vénus
Oct : Flibustier, corsaire ou pirate ?
Oct : Pourquoi et comment une obélisque à la Concorde ?
Nov : Ces projets nautiques délirants
Déc : Le tour du Monde à la voile
Janv 2015 : Histoires d'îles
Fév : Endroits à éviter en mer
Fév : Un homme à la mer !
Mars : La petite fiancée de l'Atlantique nous a quittés
Mars : Trop d'eau ou pas assez
Avril : Le radeau de la Méduse
Avril : Les yachts au superlatif
Mai : L'Hermione et Lafayette
Juin : Attention OFNI en vue !
Juillet : James Cook - Chapitre 1

Si vous avez une idée d'article, contactez sabrina@filovent.com








Location bateau : Quel est votre style de bateau ?