Envie de naviguer, mais pas envie de prendre de risque : Choisissez un bateau FiloSafe 100% remboursé

histoire des sous-marins

L'histoire des sous-marins : de la découverte des fonds marins à une puissante arme de guerre


   Par Agathe LAMIGEON

Responsable de la rédaction du magazine Filovent. "Amoureuse de ma Côte Basque, j'ai rejoint Filovent en 2022 pour allier ma passion pour les voyages avec mon amour pour l'écriture."


Temps de lecture : 5 minutes

 

“Je suis venu à Paris pour y réaliser une idée sublime : je vais faire sauter les vaisseaux de guerre en naviguant sous l’eau et à vapeur”, a clamé Robert Fulton, un ingénieur américain, en 1797.

Devenu un incontournable dans l’arsenal militaire et nucléaire des États, l’invention du sous-marin ne date pas d’hier. Initialement inventé pour partir à la découverte des fonds marins, les ingénieurs lui ont vite trouvé une vocation militaire. Cet engin très puissant a la réputation d’être fourbe car il permet d’attaquer par surprise les navires ennemis, depuis les fonds marins. Au cours de l’histoire, il a été à l’origine de nombreux naufrages tragiques.

Dans cet article, nous allons revenir aux origines de cette arme parfaite, discrète et vicieuse.


sous-marin sous l'eau
Le sous-marin, une arme vicieuse et puissante (photo Adobe Stock)


Sommaire

 

  1. De l’Antiquité au XXème siècle : La découverte des fonds marins
  2. À partir du XIXème siècle : Une arme de guerre
  3. Aujourd’hui : Une arme puissante de dissuasion


1. De l’Antiquité au XXème siècle : La découverte des fonds marins

 

L’invention du premier submersible

 

La première fois que l’homme a voulu explorer les fonds marins date de l’Antiquité. Vers 325 avant JC, l’ancien roi de Macédoine, Alexandre le Grand a eu l’idée de la cloche de plongée. Ce submersible consistait en un tonneau de bois recouvert de peau d’âne enduite de cire d’abeille. Il y avait placé un hublot de verre pour pouvoir observer la faune et la flore marine qui le fascinaient.

Cet engin pas encore autonome était rattaché à une corde d’une vingtaine de mètres, reliée à un bateau. La cloche descendait verticalement dans l’eau ce qui permettait à l’air contenu dans la cloche de faire pression en créant une bulle, empêchant donc l’eau d’y pénétrer.

Véritable pionnier de l’océanographie, l’idée d’Alexandre le Grand a été reprise pendant de nombreuses années pour la récolte de denrées, ainsi que pour récupérer la cargaison de navires ayant coulé.

 

cloche de plongée
La cloche de plongée inventée par Alexandre le Grand dans l’Antiquité (photo Adobe Stock)

 

Les premiers submersibles à propulsion

 

En 1775, l’inventeur américain, David Bushnell, a l’idée d’un submersible entièrement fait en bois. Il le nomme “Turtle”, en raison de sa forme se rapprochant de celle de l’animal. L’engin est propulsé par une hélice qu’un pilote, seul à bord, actionne grâce à une manivelle. Pour descendre sous la surface de l’eau, le marin doit ouvrir les vannes pour remplir les ballasts, et pour remonter, il doit tout simplement évacuer l’eau en pompant. Il s’agit d’une véritable révolution dans le monde des submersibles puisqu’il est désormais indépendant du bateau.

Il met son invention en service durant la guerre d’indépendance des États-Unis, de 1775 à 1783. Son but fut de couler le “HMS Eagle” des britanniques dans le port de New York en 1776. La mission fut un échec total. La même année, il invente la torpille, une arme permettant de frapper un objectif sous l’eau.

 

Le premier sous-marin de combat, le “Turtle” (vidéo YouTube)

 

En 1797, l’ingénieur américain, Robert Fulton, crée “Le Nautilus”. Ce submersible fait de fer et de cuivre, est propulsé grâce à une hélice actionnée par trois sous-mariniers. L’innovation vient à la fois des matériaux utilisés, du nombre de personnes à bord, mais aussi du fait qu’il est équipé d’une charge explosive qu’il devra fixer sous les navires ennemis, et pourra être actionnée à distance.

L’ingénieur va d’abord proposer son idée aux français, mais Napoléon refuse, préférant faire la guerre sur terre. Il va ensuite la présenter aux britanniques qui, après quelques essais, refusent car s’en méfient.

En 1870, le célèbre écrivain, Jules Verne, publie le best seller “Vingt mille lieues sous les mers”, dans lequel il nomme son sous-marin “Nautilus”, en hommage à l’invention de Robert Fulton. Il lui imagine des attributs super avancés, ce qui va donner des idées à de nombreux inventeurs de l’époque, à la recherche de toujours plus de performance.

 

Nautilus de Jules Verne
Le “Nautilus” de Jules Verne a inspiré de nombreux inventeurs (photo Adobe Stock)

 

2. À partir du XIXème siècle : Une arme de guerre

 

Le premier sous-marin victorieux dans une guerre

 

Le premier sous-marin utilisé sur un champ de bataille est le “CSS H. L. Hunley” durant la guerre de sécession, en 1864 aux États-Unis. Les sudistes construisent cet engin et recrutent un équipage pour attaquer la flotte nordiste faisant un blocus au port de Charleston. En effet, il est propulsé par la force humaine de plusieurs hommes.

Le “CSS H. L. Hunley” avait pour mission de déposer une charge explosive, placée le long d’une perche à l’avant du sous-marin, sur le navire ennemi, puis de la faire exploser à distance. Il y parvient le 17 février 1864, en faisant couler le “USS Housatonic”, près du port de Charleston. C’est donc le premier sous-marin à réussir à faire couler l’ennemi ! Ce succès militaire a attiré l'attenton des États désormais désireux d'investir dans cette nouvelle technologie.

 

Le “CSS H. L. Hunley”, le premier sous-marin victorieux sur un champ de bataille (vidéo YouTube)

 

Les sous-marins diesel

 

En 1895, c’est une véritable révolution dans le monde des sous-marins. L’inventeur irlandais, John Philip Holland, trouve un moyen de faire avancer ces engins autrement. Il va avoir l’idée de mettre un moteur à combustion interne en surface et des batteries électriques en plongée. En 1902, le brevet est déposé. Il devient donc l’inventeur des sous-marins diesel-électriques.

Ils vont ensuite se démocratiser et devenir incontournables durant les deux grandes guerres du XXème siècle. L’invention de David Bushnell, la torpille, devient donc l’arme phare et presque toutes les grandes bases du monde vont s’en équiper.

La Première Guerre mondiale est marquée par le nombre croissant de sous-marins dans les combats, c’est l’apparition de la guerre sous-marine. Ce sont les Allemands qui ont réellement lancé l’offensive avec leurs U-boots dès le début de la Grande Guerre. Ce ne sont pas encore tout à fait les sous-marins que l’on connaît aujourd’hui, car ils ne plongent que pour attaquer.

 

u-boote sur plage de hundestrand Laboe en Allemagne
Un U-boot sur la plage de Hundestrand Laboe en Allemagne (photo Adobe Stock)

 

Les sous-marins nucléaires

 

Dans les années 1950, c’est la découverte du nucléaire, et les sous-marins sont vite équipés de cette nouvelle énergie. Ils sont propulsés grâce à un ou plusieurs réacteurs nucléaires produisant de la chaleur, transformant de l'eau en vapeur pour activer une turbine ou un ensemble électrique. Désormais totalement indépendants de l'atmosphère, les submersibles deviennent de véritables sous-marins. Ces armes très puissantes peuvent dorénavant rester des mois sous la surface de l’eau.

Le premier sous-marin à propulsion nucléaire de l’histoire est le “Nautilus”. Il a été conçu par les États-Unis en 1954.

Le premier sous-marin nucléaire français date de 1967 et se nomme “Le Redoutable”. “C’est une révolution pour l’époque et un savoir-faire français, car, à part les Américains et les Russes, aucun autre pays n’avait développé sa propre technologie”, explique Jean-René Lélias, un ancien sous-marinier du “Redoutable”. Son confort s’améliore également pour son équipage qui, autrefois, se marchait dessus et manquait d’air. ”On est quand même avec 130 personnes en plongée permanente pendant 70 jours en vase clos au niveau sociétal c'est quelque chose d'extraordinaire”, raconte Jean-François Sauvageot, un ancien du “Redoutable”.

Il existe aujourd’hui 2 types de sous-marins nucléaires :

  • Les sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) ont des missions variées : destruction des navires ennemis à la surface et de cibles terrestres.
  • Les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) sont dotés de plusieurs missiles chacun. Ils sont très dangereux et imposants, mais aussi très silencieux. Leur but est la dissuasion nucléaire, se fondant sur la peur que l'autre camp utilise l'arme nucléaire contre eux.

 

Les essais de lancement de missiles depuis un SNLE fait partie de la dissuasion (vidéo YouTube)

 

3. Aujourd’hui : Une arme puissante de dissuasion

 

Les sous-marins aujourd’hui

 

Aujourd'hui, les sous-marins des puissances mondiales sont équipés de l’arme nucléaire, et servent donc plus d’arme dissuasive. De nos jours, la France dispose d’une flotte de 10 sous-marins nucléaires, dont 6 SNA et 4 SNLE. En évolution et en recherche permanente de performance, les pays ne cessent de vouloir s'équiper et d’améliorer leurs engins de guerre.

Je vous ai regroupé les chiffres actuels du nombre de sous-marins nucléaires des grandes puissances de ce monde :

 

diagramme du nombre de sous-marins nucléaires par pays
Diagramme du nombre de sous-marins nucléaires par pays en 2021 (fait par Agathe)

 

interieur sous-marin
L'intérieur d'un sous-marin (photo Adobe Stock)

 

Les sous-marins conventionnels

 

Les sous-marins ont connu la gloire majoritairement pendant des guerres, pourtant, ils n’ont pas tous une finalité militaire, certains sont conventionnels. De nos jours, ils sont également utilisés par les scientifiques pour trois raisons principales :

  • Pour explorer les fonds marins et les épaves ;
  • Pour réaliser des mesures et prélever des échantillons ;
  • Pour le sauvetage en mer.

Contrairement aux sous-marins militaires, ceux consacrés à la recherche scientifique sont nettement plus petits, ils font environ 10 mètres de long. Cela leur permet de pouvoir aller jusqu'à 11 000 mètres de profondeur, soit jusqu’aux abysses ! Leur seul inconvénient est qu’ils ne sont pas nucléaires, ce qui signifie qu’ils ont une autonomie limitée, et doivent donc souvent remonter à la surface, contrairement à leur égal militaire.

 

Le “Nautile”, le plus célèbre des sous-marins scientifique français (vidéo YouTube)

 

Les "oreilles d'or"

 

Les sous-marins militaires n’ont pas de hublots contrairement aux sous-marins conventionnels. Ils sont équipés de capteurs enregistrant tout ce qui se passe sous l’eau, mais aussi à la surface. Des analystes, surnommés les “oreilles d’or”, sont capables de différencier au bruit le type de navire voguant sur la mer. Je vous invite à visionner le film "Le Chant du Loup", sorti en 2019, dans lequel Chanteraide, une "oreille d'or" de la Marine nationale, comment une erreur d'analyse mettant en péril tout l'équipage.

 

Faites le test, êtes-vous une oreille d’or ? (vidéo YouTube)

 

Besoin d’un Conseil ?
Margaux, experte de vos croisières
Besoin d’un Conseil ?
Je souhaite recevoir les mails de Filovent et créer mon compte client


Location bateau : Quel est votre style de bateau ?

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En utilisant ce site Web, vous acceptez notre politique en matière de cookies.

Fermer.