• Bateau sans skipper
  • Avec skipper ou équipage
  • Location péniche
  • Croisière cabine
  • À la journée

Veuillez indiquer une destination pour lancer la recherche.

Le Kon-Tiki du Norvégien


  Par Véronique Michel 

Diplômée de l’Ecole du Louvre et titulaire de l'agrément de conférencier du Ministère du Tourisme et de la Culture, elle a travaillé pendant dix ans pour la galerie parisienne Marwan Hoss. Installée en Espagne depuis 1997, elle est chargée de conférences en Histoire des arts, cultures et religions du monde à l’Institut Français de Barcelone.
 
 
 

Les Norvégiens ? Pas fils de Vikings pour rien !

 

Depuis que les étés démesurément chauds se succèdent, certains amateurs de voile ont peut-être tendance à s’éloigner des mers du sud et explorer les cartes des terres septentrionales pour y dénicher des environnements plus frais. Parmi eux, la Norvège offre l’espoir de trouver de précieux degrés en moins, et, surtout, garantit des horizons sublimes hantés par de formidables histoires de marins. Rappelons que ce pays est doté de plus de 25 000 km de côtes, sans les îles (l’IGN dénombre, pour la France, environ 5 850 km de façades littorales métropolitaines). La mer a donc une très grande place dans cette société scandinave.

En arrivant par bateau à Oslo, le fjord dessine plusieurs presqu’îles, dont celle de Bygdøy où siègent de nombreux musées : le Musée des Bateaux vikings, le Musée norvégien de la Marine, le musée spectaculaire du Fram présentant ce bateau défini comme étant « le plus solide du monde » et un musée au nom étrange ... le Kon-Tiki.

 

Oslo, Norvège - Le radeau Kon Tiki exposé au musée Kon Tiki (Photo Adobe Stock)

 

Thor, un nom prémonitoire

 

Kon-Tiki ... Ce nom peu familier est celui de l’ancien dieu du Soleil en Polynésie. C’est le nom d’un des bateaux hors du commun exposés dans ce musée via une formidable mise en scène, comme les Nordiques savent si bien le faire. Il faut dire que le concepteur de cette embarcation mythique n’est pas banal...

Thor Heyerdahl, né le 6 octobre 1914 à Larvik et décédé il y a vingt ans (2002), est un navigateur singulier dont les Norvégiens sont aujourd’hui particulièrement fiers tant il fut un humaniste remarquable œuvrant pour la paix et l’égalité des peuples, doté d’un courage et d’une pugnacité déconcertants. S’attaquer à l’océan Pacifique sur une embarcation en balsa (bois très léger) puis à l’Atlantique sur un bateau en papyrus justifie pleinement qu’Heyerdahl porte le nom du dieu du Tonnerre et de la Force.

Thor passe sa jeunesse au cœur de la nature scandinave où il aime mener une vie sauvage. Vers l’âge de 20 ans, le jeune homme passe par une crise de sens, se posant beaucoup de questions sur son époque (l’entre-deux-guerres) et la distance grandissante entre la civilisation occidentale et le monde naturel ... Un état d’âme proche de celui de Gauguin au XIXe ...

 

Portrait de thor heyerdahl sur un timbre imprimé à Sao Tomé-et-Principe

 

 

Le roi du navire fait de tout bois

 

En 1937, Thor Heyerdahl part avec son amoureuse sur une île de Polynésie française (Fatu Hiva) où ils adoptent la vie simple des habitants. S’interrogeant sur l’origine de leurs ancêtres, Thor s’étonne des discours scientifiques évoquant une colonisation venue de l’Asie du Sud-Est (à l’ouest donc de la géographie polynésienne).

Sa théorie est autre : pourquoi pas AUSSI une origine orientale, à savoir des côtes sud-américaines ? Quid, pense-t-il, de l’orientation du courant Humbolt et des alizés favorables à la navigation E-O ? Les sourcils se haussent chez les anthropologues. Impossible ! D’autant plus, murmurent-ils, que les Amérindiens n’ont pas su construire de bateaux suffisamment performants pour couvrir de grandes distances. Thor Heyerdahl s’échinera à démontrer le contraire...

Ainsi naît, en 1947, le Kon-Tiki, un radeau ancestral à voile fait de balsa, avec lequel notre chef d'expédition et son équipage de cinq hommes relieront, en 101 jours, les côtes péruviennes (Callao) à l’atoll Raroia (Polynésie). L’embarcation a bien tenu tout au long des 6 920 km. Les images de cette incroyable traversée deviendront, en 1951, un documentaire qui recevra un Oscar. Thor continuera ses explorations avec d’autres embarcations improbables ... et réussira ! Allez au musée Kon-Tiki. Tout y est raconté !

 

 

Besoin d’un conseil ?
Lilou experte de vos croisières
Le prénom est requis
Le nom est requis
L'adresse mail est requise
Le Numero de téléphone est requis
×
×
Avec Lilou experte de vos croisières