Envie de naviguer, mais pas envie de prendre de risque : Choisissez un bateau FiloSafe 100% remboursé

équipage sur un bateau

Itinéraire d'une semaine en Bretagne Sud


   Par Agnès Duez

Rédactrice de contenus pour différents acteurs dans le secteur du tourisme . "Passionnée de voile habitable et plus particulièrement de croisière. En famille ou entre amis, j'aime partager ces moments à la fois inoubliables et dépaysants."

Distance totale parcourue : 124 milles

 

carte itineraire bretagne sud
Carte de notre itinéraire dans le Sud de la Bretagne (carte cliquable)


Je vais vous détailler l'itinéraire de croisière que nous avons suivi avec mes amis lors de la semaine du golfe, durant le week-end de l’Ascension, du 22 au 28 mai 2017. Cet événement est une manifestation maritime majeure dans la région, qui a pour vocation de mettre en avant les atouts nautiques du Golfe du Morbihan. Nous avons embarqué à six à bord d’un First 31.7, avec un équipage composé de deux jeunes hommes et de quatre jeunes filles. Une configuration rare, mais qui a très bien fonctionné. Forts de leurs expériences respectives en navigation, les deux personnalités masculines à bord nous ont concocté un bel itinéraire nous permettant de naviguer entourés de vieux gréements, puis de découvrir les îles toutes aussi belles les unes que les autres, au large du Morbihan.

 

quiberon
Phare de Port-Navalo à l'entrée du golfe du Morbihan (photo d'Agnès)


Jour 1 : De Quiberon à Belle-île avec un détour par le Golfe du Morbihan (20 milles ~ 4 heures)

 

Préparation du bateau et de l’équipage

Partis de Nantes le matin même, nous arrivons à Quiberon. Dès le début, la répartition des tâches commence. Une équipe se charge de la location du bateau, de faire l’état des lieux avec le loueur, de prendre connaissance du voilier et de régler les derniers détails administratifs. Pendant ce temps-là, une autre équipe s’occupe de l’approvisionnement pour cette petite semaine en mer. Et oui, contrairement à un séjour à terre, il faut bien tout anticiper, pas sûr de croiser d’autres lieux pour faire des courses dans les jours à venir.

Avec une check-list en main, nous faisons les courses alimentaires, dont des produits qui se conservent bien et des produits frais à consommer rapidement. Les voiliers sont pour la plupart équipés de frigo, plus ou moins performants selon le modèle et l’âge du bateau. Et comme nous ne sommes jamais à l’abri d’une panne de batterie, il est préférable d’être vigilant concernant le choix des produits pour éviter de devoir jeter des aliments immangeables. Nous profitons de ce tour au supermarché pour prendre de la crème solaire pour les plus têtes-en-l’air, un élément indispensable de toute croisière !

 

port haliguen
Le charmant port Haliguen (photo Adobe Stock)

 

Une balade au milieu des vieux gréements

Ça y est, le bateau est prêt et toutes les provisions sont chargées, nous embarquons. Avant de quitter Port Haliguen, petit briefing concernant le programme de navigation, les conditions météorlogiques de la journée et les règles de sécurité. Parmi nous, deux personnes n’ont jamais pris le départ pour une navigation de quelques jours, il est important de bien les briefer.

Pour commencer ce périple, nous entrons dans le Golfe du Morbihan. Un départ très sportif ! Les bateaux sont nombreux, il faut à tout prix éviter les collisions, surtout avec les gréements traditionnels. L’entrée du Golfe est réputée pour être délicate, les courants se croisent avec les changements de marée. Une navigation un peu technique mais qui vaut le coup. Nous nous considérons chanceux de pouvoir être ici, aussi bien entourés. Nous sortons nos appareils photos et saluons les autres marins. Le temps est au beau fixe, il fait très beau pour la saison, les températures sont idéales, la croisière promet d’être incroyable. Après la découverte du Golfe, cap pour visiter Belle-île-en-mer.

 

gréements dans le golfe du morbihan
De vieux gréements naviguant dans le Golfe du Morbihan (photo d'Agnès)


Jour 2 : Du petit port de Sauzon jusqu’à l’île de Groix (18 milles ~ 4 heures)

 

Un réveil en douceur à Sauzon

Nos chefs de bord ont choisi de nous emmener dans le petit port de Sauzon, et ils ont eu bien raison. Cet endroit est charmant, bordé de petites maisons bretonnes sur une jolie falaise. Plusieurs choix s’offrent à nous pour passer la nuit : Port Bellec, l’avant-port et le port à échouage. Les conditions météorologiques sont favorables, nous optons donc pour un mouillage à Port Bellec. En cas de vent Nord-Est ou Est, il est préférable d’entrer dans le port à échouage en veillant aux horaires des marées et en vérifiant que votre bateau soit bien équipé pour échouer. Il faut en effet qu'il puisse se poser sur les fonds sans dommages quand les eaux se retirent et pour cela, il devra être soit biquille, soit avec une quille relevable ou alors avec une dérive. Au petit matin, nous nous réveillons au son des mouettes, les pêcheurs sont déjà partis en mer, le ciel est voilé.

 

port de sauzon
La magnifique port de Sauzon et ses maisons colorées (photo Adobe Stock)

 

sauzon marée basse
Bateaux échoués dans le port de Sauzon à marée basse (photo Adobe Stock)

 

Une pause détente à la plage des grands sables

Après un bon petit-déjeuner copieux pour prendre des forces, nous quittons Sauzon en direction de Groix. Nous longeons la côte de Belle-île et passons devant la Pointe des Poulains, un lieu remarquable. Nous apercevons de belles couleurs à terre, l’eau est belle, nous devinons la force des vagues sur les rochers escarpés.

 

pointe des poulains
La splendide Pointe des Poulains sous un ciel gris breton (photo d'Agnès)

Cap vers Groix. Une belle navigation de 18 milles nautiques environ pour arriver sur la plage des Grands sables. En été, cette plage est très prisée car elle est bien abritée du vent. Au printemps, c’est relativement calme. Nous profitons de la vue sur cette grande plage de sable pour faire un plongeon, bien que l’eau soit encore très fraîche.

 

L’arrivée au mouillage des Sables rouges

Nous jetons l’ancre sur la plage d’à côté, appelée Sables rouges. Ce mouillage est connu sur l’île de Groix, nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. Nous profitons des belles lumières du soir avant de dîner au chaud à l’intérieur du voilier. Au menu, pâtes, ratatouille et gâteau breton en dessert, le tout accompagné d’une bolée de cidre évidemment. La nuit fut paisible, nous nous réveillons bercés par l’océan, parés à lever l’ancre pour rejoindre un des plus beaux endroits de la Bretagne.


Jour 3 : De la plage des Sables rouges aux îles des Glénan (25 milles ~ 5 heures)

 

Le long de la côte sauvage de Groix

Au petit matin, nous nous préparons à partir vers l’archipel. Le ciel est couvert, nous prenons notre café à l’intérieur, au chaud. En partant, nous choisissons de longer la côte relativement près pour bien voir ses trésors. Nous passons la pointe des chats, devinons le port de Locmaria, admirons les petites criques, la baie des curés, le trou de l’enfer… La richesse et la variété du paysage valent le coup !

Il est temps de filer au vent et d’adapter notre cap. Il y a de l’air, entre 15 et 20 nœuds de vent, les chefs de bord sont ravis de pouvoir naviguer dans ces conditions. Nous remarquons qu’ils ont plus de mal à laisser la barre à leurs équipiers, ils veulent en profiter au maximum.

 

First 31.7
Superbes conditions de navigation en Bretagne Sud, à bord de notre First 31.7 (photo d'Agnès)

Un voyage accompagné de dauphins

Après quelques heures de navigation, le vent s’est un peu calmé. Nous en profitons pour faire notre pause déjeuner. Le soleil se faisant désirer, nous optons pour un plat chaud. En début d’après-midi, après des petits instants sieste successifs, le soleil revient. Et pour notre plus grande joie, des dauphins viennent nous tenir compagnie ! Notre bateau avance à 6 ou 7 nœuds, ils doivent ralentir leur cadence pour rester à notre niveau. Les habitués de la région savent qu’ils aiment se montrer et nager auprès des voiliers. Même pour les Bretons parmi nous, c’est toujours un plaisir de les voir sauter au-dessus de l’eau.

 

équipage bateau
Notre équipage profite du soleil sur le pont du bateau (photo d'Agnès)

La découverte des îles des Glénan

Nous atteignons notre destination en fin d’après-midi, contents de cette navigation bien complète. Nous avons vu de jolis paysages, atteint 8,5/9 nœuds de vitesse, aperçu ces beaux dauphins : que demander de plus ? Nous arrivons dans l’archipel sous un ciel voilé. D’après les gens du coin, cela est très étonnant, un micro-climat règne sur les îles des Glénan. Cette fois-ci, nous nous contenterons d’un paysage aux couleurs changeantes, où nous profitons tout de même d’un beau coucher de soleil. Il est difficile de bien décrire ce petit coin de paradis, souvent considéré comme le plus bel archipel d'îles en Bretagne. Si vous avez la chance d’y aller un jour, n’hésitez pas à poser le pied à terre. Pourquoi pas profiter d’un bon dîner breton dans un restaurant avec vue. (Pensez à vérifier les périodes d’ouverture).

Comme mouillage, selon l’orientation du vent, deux options sont possibles : au nord de l’île de Banalec, à côté de la plage St Nicolas ou au sud, dans “La Chambre”. Le temps s’annonce calme pour la nuit, nous optons pour le mouillage nord.

 

iles de glenan
Des voiliers face à un superbe coucher de soleil au coeur des paysages des îles de Glénan (photo d'Agnès)


Jour 4 : Départ du bel archipel des Glénan pour rejoindre Groix (21 milles ~ 4 heures)

 

La beauté de l’archipel

Endroit très protégé, il y a très peu de constructions à terre. Seulement le phare de Penfret, une installation de l’école de voile des Glénan pour accueillir les jeunes stagiaires qui découvrent la voile légère et quelques maisons. Si vous souhaitez naviguer dans l’archipel, prenez le temps de bien étudier les marées et les cartes, il y a de nombreux rochers qui ne sont pas toujours visibles. Si le temps le permet, profitez de la plage Saint Nicolas, l’eau est fraîche mais turquoise et le sable y est fin.

En pleine saison, vous serez accompagnés de nombreux plaisanciers arrivant de Concarneau ou Bénodet (Finistère). Certains font également l’aller-retour en navette. Hors saison, vous aurez l’île rien que pour vous. Si la météo ne s’annonce pas impeccable, seuls les marins à bord des voiliers de croisière s’y arrêtent. En période de vacances scolaires, il est fort probable que vous y croisiez des voiliers de l’école des Glénans, repérables avec leurs sacs de voilure rouges sur leurs bômes.

 

iles de glenan
L'eau turquoise paradisiaque des îles des Glénan (photo Adobe Stock)

 

Une navigation de nuit

A bord de notre monocoque Bénéteau First, nous profitons d’une belle matinée à l’archipel. Il nous reste une longue navigation pour revenir vers Groix mais nous souhaitons naviguer de nuit. Une expérience à vivre ! Évidemment, il est préférable d’être expérimenté, les risques de collision sont plus nombreux lorsque la visibilité est mauvaise. Attention au risque d'homme à la mer ! S’il y a bien un moment où il faut porter son gilet de sauvetage à bord, c’est lors des navigations nocturnes. Il faut bien sûr bien allumer les phares avant et arrière pour être visibles. Il est d’autant plus important de bien connaître les conditions météorologiques pour les heures à venir.

Excités à l’idée de naviguer de nuit, nous levons l’ancre dans l’après-midi. Les conditions sont parfaites : de l’air, un magnifique coucher de soleil et une mer calme. Nos co-skippers nous briefent de nouveau sur les questions de sécurité.

 

jumelles bateau
Un membre de l'équipage guette les côtes ! (photo d'Agnès)

Nous avons la chance d’avoir à bord un passionné qui nous explique les différents codes de signalisation des balises et phares. Nous essayons à tour de rôle de deviner quels sont-ils à l’aide de la carte. La mer est calme, le voilier avance à un rythme régulier. Le ciel est découvert, des étoiles à perte de vue. Un moment qui restera gravé dans nos mémoires. Nous arrivons de l’autre côté de l'île, au mouillage devant le Port de St Nicolas qui est très mignon, situé dans une petite crique, et idéal si le vent est orienté Nord ou Nord-Est.


Jour 5 : Départ de Groix vers Belle-île (23 milles ~ 4 heures)

 

Après une nuit bien mouvementée et cette première expérience nocturne pour une partie de l’équipage, nous décidons de nous reposer en prenant un petit-déjeuner sur le pont de notre bateau. Moment très agréable où le soleil réchauffe notre peau ! Nous reprenons la route vers Belle-île en fin de matinée et arrivons au port du Palais en milieu d'après-midi. Une week-end de l'Ascension, les places au port sont rares. Nous avions été prévenus par la capitainerie. Seule option, s’accoupler à un bateau déjà amarré. Nous faisons la connaissance de nos voisins, un couple de retraités normands, en vadrouille sur la côte bretonne.

le palais
De vieux gréements au port du Palais (photo Adobe Stock)


Jour 6 : Retour vers la terre, direction Quiberon (17 milles ~ 4 heures)

 

Un dernier petit-déjeuner à bord

Nous profitons d’un dernier petit déjeuner à bord du voilier que nous avons loué. Il ne faut pas trop traîner pour reprendre la mer, direction Port Haliguen, Quiberon. Le trajet est assez court comparé à celui de la veille. Le vent souffle bien, nous ne mettons que quelques heures à rejoindre le continent. Cette dernière traversée fut assez sportive, la mer étant plus agitée que les derniers jours. Mais rien d’insurmontable, nous parvenons à rejoindre la terre ferme sans que personne ne soit malade. Tous ravis de ce périple, nous amarrons notre bateau et commençons à tout ranger.

 

Le retour à la réalité

6 jours en mer et nous en avons pris plein la vue. Il est maintenant temps de ranger le bateau, le matériel de bord, nos affaires personnelles, ainsi que de faire un petit coup de ménage dans le cockpit et sur le pont, avant de faire l’état des lieux avec le loueur. Rien de cassé, rien de perdu, tout va bien.

Sur la route du retour vers Nantes, de beaux bouchons nous attendent. Et oui, nous ne sommes pas les seuls à profiter du littoral breton lorsque le soleil est au beau fixe. Nous profitons de ce trajet pour fermer l'œil ou pour visionner les photos prises par chacun. Ce qui est sûr, c’est que nous reviendrons naviguer dans la région : la Bretagne, ça vous gagne !

 

Besoin d’un Conseil ?
Carlotta, experte de vos croisières
Besoin d’un Conseil ?
Je souhaite recevoir les mails de Filovent et créer mon compte client


Location bateau : Quel est votre style de bateau ?

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible. En utilisant ce site Web, vous acceptez notre politique en matière de cookies.

Fermer.